27 septembre

(5 références)

 

 Ste Hiltrude (IXème siècle)

 

Ses parents voulaient la marier à un seigneur bourguignon, mais sainte Hiltrude s'arrangea pour que sa soeur l'épouse (ce qu'elle fit d'ailleurs de bon coeur). Quant à Hiltrude, elle put suivre l‘appel de Dieu, passant dix-sept ans dans la retraite, près du monastère de Liessies que son père avait fondé et dont son frère Gontrand fut le premier abbé.

 

 

  St Sabbatios (+1435)

fresque contemporaine

Moine pendant de longues années au monastère de Saint Cyrille du Lac Blanc en Russie, il se retira plus au nord au monastère de Valaam où il devint un modèle de zèle spirituel. Mais cette renommée devint, à ses yeux, un obstacle dans sa quête de Dieu. Une nuit il s'échappa pour rejoindre l'île déserte de Solovki, située à deux jours de navigation dans la Mer Blanche, plus au nord. Au moment de s'embarquer, les habitants cherchèrent à l'en dissuader, l'île était trop inhospitalière à leurs yeux. Il y eut d'abord un compagnon, saint Germain qui le quitta dix ans après et saint Sabbatios resta seul, dans ce froid boréal, menant une vie ascétique que Dieu seul connut. Très âgé, il revint sur le continent afin de pouvoir communier aux Saints Mystères et à la Sainte Communion dont il était privé depuis son départ de Valaam. Ayant communié, il remit son âme à Dieu.
L'année suivante, saint Germain revint à Solovki et fonda un monastère dans lequel vécurent de nombreux saints et d'innombrables martyrs.

  St Vincent de Paul (1581-1660)

icône contemporaine

Monsieur Vincent n'oubliera jamais que, quand il était petit, il gardait les porcs dans la campagne landaise. Il en rougissait à l'époque et s'il voulut devenir prêtre, ce fut surtout pour échapper à sa condition paysanne. Plus tard, non seulement il l'assumera, mais il en fera l'un des éléments de sa convivialité avec les pauvres et les humiliés. A 19 ans, c'est chose faite, il monte à Paris parce qu'il ne trouve pas d'établissement qui lui convienne. Le petit pâtre devient curé de Clichy un village des environs de Paris, aumônier de la reine Margot, précepteur dans la grande famille des Gondi. Entre temps, il rencontre Bérulle qui lui fait découvrir ce qu'est la grâce sacerdotale et les devoirs qui s'y rattachent. Il appellera cette rencontre "ma conversion". Il renonce à ses bénéfices, couche sur la paille et ne pense plus qu'à Dieu. Dès lors son poste de précepteur des Gondi lui pèse. Il postule pour une paroisse rurale à Châtillon-les-Dombes et c'est là qu'il retrouve la grande misère spirituelle et physique des campagnes françaises. Sa vocation de champion de la charité s'affermit. Rappelé auprès des Gondi, il accepte et enrichit son expérience comme aumônier des galères dont Monsieur de Gondi est le général. Ami et confident de saint François de Sales, il trouve en lui l'homme de douceur dont Monsieur Vincent a besoin, car son tempérament est celui d'un homme de feu. Pour les oubliés de la société (malades, galériens, réfugiés, illettrés, enfants trouvés) il fonde successivement les Confréries de Charité, la Congrégation de la Mission (Lazaristes) et avec sainte Louise de Marillac, la Compagnie des Filles de la Charité. Plus que l'importance de ses fondations, c'est son humilité, sa douceur qui frappe désormais ses contemporains. Auprès de lui chacun se sent des envies de devenir saint. Il meurt, assis près du feu, en murmurant le secret de sa vie : "Confiance ! Jésus !".

  St Anthime l'Ibère (+1716)

icône roumaine

Originaire de Géorgie, il fut esclave des Turcs de longues années à Constantinople. Il y apprit le grec, l'arabe, le turc et le slavon. Une fois affranchi, il s'installa à proximité du Patriarcat pour enseigner l'art des icônes brodées et des sculptures sur bois. En 1690, il fut appelé en Valachie, apprit l'art de la typographie et de l'imprimerie à Bucarest et dans son monastère de Snagov, grâce à quoi il eut une intense activité d'éditeur et d'écrivain. Il fut mis à la tête de la typographie princière. Nommé métropolite d'Hongrie-Valachie, il fut un pasteur doux et paisible. Il organisa dans tout le pays des écoles où l'enseignement était dispensé gratuitement aux enfants des familles démunies. Il fonda le monastère de Tous-les-Saints à Bucarest, appelé actuellement, monastère de Saint Anthime. Accusé par les Turcs en 1716 d'avoir intrigué pour rattacher la Valachie à l'empire autrichien, il fut aveuglé et envoyé en exil au monastère du Sinaï. Sur le chemin, il subit maints supplices de la part des soldats de l'escorte qui, finalement, le noyèrent dans un des affluents du Danube.

  Ste Akiline (+1764)

icône contemporaine

Martyre originaire de Thessalonique, elle naquit dans une famille dont le père chrétien s'était converti à l'Islam et la mère était restée chrétienne. Lorsqu'elle eut dix-huit ans, son père lui demanda de se convertir à l'Islam. Elle refusa. Pris de peur pour lui-même, il la livra aux autorités turques en leur disant d'en faire ce qu'elles voulaient. Aucune menace n'ébranla sainte Aquiline, qui fut soumise trois fois à la bastonnade. Quand elle fut réduite à la dernière extrémité, elle fut reconduite à sa mère qui s'inquiéta de savoir si elle n'avait pas abandonné le Christ. "J'ai gardé la confession de notre foi." Et c'est dans ses bras qu'elle rendit son âme à Dieu.


jour précédent jour suivant