26 septembre

(3 références)

 

  St Nil de Rossano (910-1005)

 

Fils d'une famille grecque aisée émigrée en Calabre (Italie), il voit le jour à Rossano. Devenu rapidement orphelin de ses deux parents, il est élevé par sa soeur aînée, mais il se laisse rapidement entraîner par une vie dissipée et devient le père d'une enfant hors des liens du mariage, ce qui ne l'empêche pas d'obtenir un poste important dans l'administration locale. Vers l'âge de 30 ans, il tombe gravement malade à la suite du double décès de sa compagne et de sa fille. Cet événement tragique l'incite à se convertir et il décide alors de tout abandonner pour se joindre aux moines du monastère de Saint-Nazaire, où il reçoit l'habit. Sa vie est ensuite marquée par une succession d'épisodes de vie érémitique et de séjours au sein de différents monastères. Elle est aussi rythmée par les vagues successives d'invasions des barbares Sarrasins, qui l'obligent finalement à se déplacer en compagnie des disciples qui se sont graduellement placés sous sa direction. Ils s'installent alors dans un oratoire rapidement transformé en monastère, dont Nil devient l'abbé. Quelques années plus tard, il fonde également le monastère de Serperi, qu'il quitte au bout de dix ans pour s'installer sur les collines du Tusculum, dans les environs de Rome, et fonder le monastère de Grottaferrata où il termine sa vie .

   St Jean de Brébeuf et ses compagnons (+1649)

icône contemporaine, Canada

La mémoire de ce jour célèbre au Canada, huit martyrs français de la Compagnie qui s'étaient consacrés à l'apostolat missionnaire auprès des Hurons.

Cinq d'entre eux, tous prêtres, endurèrent courageusement un horrible martyre dans l'actuel territoire du Canada : Jean de Brébeuf (16 mars 1649), Antoine Daniel (4 juillet 1648), Gabriel Lallemant (17 mars 1649), Charles Garnier (7 décembre 1649) et Noël Chabanel (8 décembre 1649) ; trois autres, un prêtre, Isaac Jogues (mort le 18 octobre 1646) et deux " donnés ", René Goupil (29 septembre 1642) et Jean de La Lande (19 octobre 1646) donnèrent leur vie avec un courage héroïque en un lieu qui se trouve aujourd'hui sur le territoire des États-Unis d'Amérique. Ils furent canonisés par Pie XI en 1930.

"O mon Dieu, que n'êtes-vous connu ! Que ce pays barbare n'est-il tout converti à vous ! Que le péché n'en est-il aboli ! Que n'êtes-vous aimé ! Oui, mon Dieu, si tous les tourments que les captifs peuvent endurer en ce pays, dans la cruauté des supplices, devaient tomber sur moi, je m'y offre de tout mon cœur, et moi seul je les souffrirai."

   Bx Louis Tezza (+1923)

 

Il naquit à Conegliano de Venetie (Trévise). A l’âge de huit ans, il perdit son père. Ce fut un coup dur pour Louis, qui reste, fils unique, seul avec sa mère. Quand il lui annonce qu'il souhaite entrer chez les religieux Camilliens, à Vérone, elle accepte cette décision. Plus tard, elle vendra tous ses biens et en distribuera le produit aux pauvres pour se consacrer, elle aussi définitivement au Seigneur en devenant religieuse de la Visitation, à Padoue. Louis ordonné prêtre est envoyé à Cuisery en France, comme maître des novices, mais il rêve toujours de devenir missionnaire. Nommé à Rome, il fonde la congrégation féminine des Filles de Saint-Camille pour le service des malades. Envoyé au Pérou, comme visiteur, pour soutenir cette jeune congrégation, il y restera jusqu'à sa mort, à Las Reyes, près de Lima.

"Ce n’est pas seulement à quelques uns mais à tous que Dieu dit: soyez saints. La sainteté doit donc être accessible à tous. En quoi consiste-t-elle ? A faire beaucoup ? Non. A faire de grandes choses extraordinaires ? Pas même. Ce ne serait pas l’affaire de tous ni de tous les instants. Donc: c’est faire le bien, et celui-ci bien fait, dans l’état, dans la situation où Dieu nous a mis. Rien de plus, rien à faire d’autre que cela."

jour précédent jour suivant