23 septembre

(6 références)

 

  Conception de St Jean le Précurseur

icône contemporaine, Serbie

C'est l'ange Gabriel qui apparut au Grand Prêtre Zacharie, six mois avant l'Annonciation, au moment où il entrait dans le Saint des Saints, pour accomplir le sacrifice de l'encens et prier pour le peuple. En le voyant, Zacharie fut pris de crainte, mais l'Ange le rassura et lui dit: « Tu n'as pas à craindre, Zacharie, tes supplications ont été exaucées, et ta femme Elisabeth te donnera un fils que tu appeleras Jean. Il y aura pour toi de la joie et de l'allégresse, et bien des gens auront à se réjouir de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur, il sera rempli de l'Esprit-Saint dès le sein de sa mère» (Luc 1:13-15). Zacharie était vieux et sa femme également, aussi douta-t-il un instant de la vérité des paroles de l'Ange et que «lorsque Dieu le veut l'ordre de la nature est vaincu», ce qui lui valut de rester muet jusqu'à l'accomplissement de la promesse qui lui avait été faite.

Ste Thècle (1er siècle)

icône contemporaine

Saint Jérôme, saint Epiphane, saint Grégoire de Nysse, saint Ambroise et saint Jean Chrysostome ont parlé d'elle en termes enthousiastes. C'est un apocryphe "les Actes de Paul et de Thècle" qui lui ont donné cette extraordinaire célébrité. On y lit qu'elle était jeune et jolie. Elle vivait à Iconium quand saint Paul la convertit et elle suivit Paul durant ses voyages. Ce qui la conduisit au martyre. Elle échappa à trois tourments cruels : le lion de l'amphithéatre qui, au lieu de la dévorer, alla chercher les prêtres de idoles pour les conduire par la peau du cou, devant saint Paul afin qu'il les baptise. Puis elle échappa au bûcher grâce à une pluie diluvienne. Enfin le monstre marin qui devait la dévorer fut foudroyé. Elle vécut encore longtemps et se fit ouvrir miraculeusement un rocher pour qu'il soit son cercueil.

St Lin, pape (1er siècle)

Saint Lin était le fils d'un homme fort considérable de la ville de Volterra, en Toscane. Il se convertit à Rome où St Pierre prêchait l'Evangile. Aussitôt après sa conversion, il renonça à tous ses biens et quitta son père. Il donna de si grandes preuves de son zèle, de son érudition et de sa prudence, que St Pierre l'employa à la prédication de la parole de Dieu et à l'administration des sacrements. St Paul parle de saint Lin au chapitre IVe de sa 2de Epître à Timothée et le place entre les principaux chrétiens de la ville de Rome. Envoyé dans les Gaules pour y porter le flambeau de la foi, il devint le premier évêque de Besançon, mais en fut chassé par ses habitants restés païens. L'apôtre retourna à Rome où il s'acquitta avec tant de soin de toutes les fonctions qui lui furent assignées qu'après la mort de St Pierre, on le choisit pour lui succéder. Après avoir servi l'Eglise pendant un an, trois mois et douze jours, saint Lin versa son sang qui servit de semence à de nouveaux chrétiens. On enterra sa précieuse dépouille au Vatican, auprès des restes de saint Pierre.

St Jean de Konitsa (ou Jean le derviche) (+1814)

icône contemporaine

Il naquit dans une famille musulmane dont le père était membre de l'ordre des Derviches et sheikh réputé. Il devint lui-même derviche auprès de Yssouf l'Araba, maître de l'Etolie en Grèce. Il le suivit durant les guerres turques contre les Russes. Mais peu à peu il se rapprocha de l'Evangile et demanda le baptême, ce que les chrétiens lui refusèrent longtemps par peur. A la mort de son maître, il se retira dans l'île d'Ithaque, se maria et, restant caché, travailla comme garde-champêtre. Découvert comme chrétien, il fut arrêté, subit maints mauvais traitements et vexations et fut enfin décapité.


   St Padre Pio de Pietrelcina (1887-1968)

icône contemporaine

Né en 1887 à Pietrelcina, non loin de Naples, il demanda à 15 ans à entrer au couvent des capucins. Dès son enfance, il fait des expériences surnaturelles, et toute sa vie témoignera de cette transparence à la vie divine. Ce qui lui vaudra beaucoup d'ennuis de la part de sa hierarchie, qu'il supportera dans une parfaite obéissance. En 1915, il reçoit les stigmates de la passion du Christ, ce qui lui provoque des douleurs permanentes et des difficultés à marcher ; La spiritualité du padre Pio fait aussi des miracles, ou plutôt c'est Dieu qui en fait par son intermédiaire. Des foules viennent à son monastère de San Giovanni Rotondo pour se confesser et les pénitents constatent avec stupéfaction que le père lit dans leur coeur à livre ouvert. Pendant la célébration de la messe, qui dure parfois trois heures, son visage exprime une émotion d'un autre monde. Les bouleversements spirituels qu'il provoque journellement chez ses visiteurs s'accompagnent parfois de guérisons miraculeuses. Parmi les phénomènes les plus étranges cités à propos du père Pio, les moindres ne sont pas les cas de bilocation. Ainsi un général sur le point de se suicider vit apparaître un moine qu'il n'avait jamais vu et arrêta son geste. Plus tard, ayant appris l'existence du père Pio, il se rendit au monastère et reconnut en lui ce moine qui l'avait sorti du désespoir : le père lui sourit et lui dit: "vous 1"avez échappé belle"!

   Darwin Ramos (1994-2012)

Né le 17 septembre 1994 dans un bidonville de Manille, Darwin Ramos est issu d'une famille de cinq enfants très pauvre. Comme il avait 7 ans et ne pouvait plus marcher ni donc travailler, son père a commencé à l'utiliser pour mendier en bas d'une station de métro. Il est resté sur le trottoir jusqu'à ce qu'un éducateur de la fondation le repère à l'âge de 11 ans. Darwin est mort six ans plus tard de la myopathie de Duchenne, une maladie génétique qui provoque la dégénérescence des muscles. Il présentait des qualités d'âme extraordinaires malgré sa souffrance. Il ne parlait pas de sa maladie mais de « la mission que le Christ lui avait donnée ». Il a passé sa vie à dire « merci » et « je t'aime ». Tous ceux qui le croisaient étaient impressionnés par son sourire et sa joie. Un jour, il m'a dit : « Si je comprends bien, Jésus veut que je tienne jusqu'au bout comme lui. » La dernière semaine de sa vie, fin septembre 2012, a été sa Semaine sainte. Il l'a vécue complètement uni à la Passion du Christ. Il est entré à l'hôpital un dimanche soir, comparable au dimanche des Rameaux. Du lundi au mercredi, il a accepté son état de manière étonnante. Le jeudi, pour la première fois, j'ai lu de la peur dans ses yeux. C'était la première fois que je ne le voyais pas sourire. Terrorisé, il m'a dit : « Il faut prier maintenant, je me bats contre le démon. » J'ai égrené le chapelet avec lui avant de lui donner les sacrements. Le vendredi, mort du Christ sur la croix, il souriait jusqu'aux oreilles. Il a demandé un papier sur lequel il a écrit : « Un immense merci, mon Père. » Puis « Je suis très heureux. » Ce furent ses derniers mots. Il n'avait plus rien, mais il avait gagné son combat. Le dimanche, j'étais assis à ses côtés, la main posée sur son coeur quand il s'est arrêté. À l'aube de la Résurrection. (P. Matthieu Dauchez, dans La Vie)

(https://www.youtube.com/watch?v=51zZ3w-cAX4)

jour précédent jour suivant