28 octobre

(7 références)

 

St Simon et St Jude (Ier siècle)

icône contemporaine

icône contemporaine

Jude est aussi appelé Thaddée pour le distinguer de Judas. Avec Simon, il appartenait sans doute à ces zélotes qui refusaient l'occupation romaine, mais le message du Christ fut pour lui la découverte de l'universalité de l'amour de Dieu. Saint Jean nous rapporte la question de saint Jude lors de la dernière Cène : « Pourquoi te découvres-tu à nous et non pas au monde ? » (Jean 14.22). Jésus y répondra indirectement : « Si quelqu'un m'aime, il gardera mon commandement ». Dans la liste des apôtres, ils sont côte à côte et la tradition les fait mourir ensemble en Perse.

 St Faron (+669)

Elevé à la cour du roi d'Austrasie, il fit partie du conseil royal et se servit de son pouvoir pour délivrer les opprimés, « penchant plus du côté de la miséricorde que de celui de la rigueur. » Il mena une vie édifiante avec sa femme Blidechilde, mais sa soeur sainte Fare le décida à s'en séparer. Blidechilde accepta et devint une moniale exemplaire. A la mort de sa sœur, il se décida à entrer dans le clergé et sa réputation le fit élire évêque de Meaux. Nous le trouvons dans bien des conciles régionaux de cette époque. Plusieurs abbayes et monastères revendiquèrent longtemps de l'avoir eu pour fondateur. Ses reliques furent déposées à la Ferté-sous-Jouarre.

 St Arsène de Pecs (+1266)

fresque serbe (XIVe)

Né à Srem en Serbie, il se rendit auprès de saint Sava au monastère de Jitcha. Lors de l'invasion hongroise, saint Sava l'envoya dans un lieu plus sûr, au sud du pays et quelques années plus tard le désigna pour être son successeur sur le trône archiépiscopal. Saint Arsène dirigera l'Eglise avec sagesse durant trente années puis s'endormit dans la paix du Seigneur.

 


 St Job de Potchaiev (+1651)

icône contemporaine

Dès l'âge de neuf ans, il entre au monastère de Pokutcha en Galicie, puis dans celui de Ugornitska dans les Carpathes. Pour protéger les fidèles orthodoxes du prosélytisme des jésuites et des polonais, le prince d'Ostrog lui fait édifier le monastère de l'Exaltation de la Sainte Croix à Duben dont il fut l'higoumène durant vingt-deux ans. Mais désireux de mener la vie d'un simple moine, il sera admis à la laure de Potchaiev, en Volhynie, célèbre par le pèlerinage à la Saint Mère de Dieu et toujours Vierge Marie en son icône de Potchaiev. Il fut très vite choisi comme higoumène mais, à la fin de sa vie, il reçut le saint habit angélique et, reclus, il s'endormit dans le Seigneur.

 


 St Dimitry de Rostov (+1709)

icône contemporaine

Né à Kiev en Ukraine, il s'installa à la laure des Grottes de Kiev et consacra vingt-cinq ans de sa vie à reconstituer les ouvrages spirituels orthodoxes. Il devint vite célèbre par la vie des saints qu'il rédige, mais le patriarche le trouvait trop " romain ". Nommé métropolite de Sibérie en 1701, il revient à Moscou quand le tsar Pierre le Grand commua son exil. Il n'y avait pas, dans ces lointaines régions, de bibliothèques pour ce chercheur. Nommé métropolite à Rostov-sur-le-Don, il trouva un diocèse dont le clergé avait grand besoin de réforme. Ce qu'il fit avec douceur et bonté. Il continuait ses écrits jusqu'au jour où on le trouva mort un matin, en prière à genoux au bord de son lit.

 


 St Angélis (+1825)

icône contemporaine

et ses compagnons, St Manuel, St Georges et St Nicolas, crétois comme lui. L'île était occupée par les Turcs et tous quatre, chrétiens en secret, se conformaient apparemment aux usages de l'Islam. Ils prirent part à la guerre d'indépendance (1821-1824). Quand les Turcs reprirent l'île, les collecteurs d'impôts qui recueillaient l'impôt spécial dû par les chrétiens virent arriver ces quatre jeunes gens que tous pensaient être musulmans. Ils confessèrent leur foi chrétienne et pour cela furent décapités.

 

 


jour précédent jour suivant