23 octobre

(4 références)

 

St Jacques, frère du Seigneur (Ier siècle)

icône contemporaine

Le frère du Seigneur (fils de Joseph d'après la Tradition, né de son premier mariage) fut le premier évêque de Jérusalem. Les Eglises d'Orient le fêtent aujourd'hui et lui attribuent l'origine de la Liturgie de Saint Jacques, que l'on célèbre dans certains monastères. Il fut un des premiers martyrs de l'Eglise.

 

Ste Ode d'Amay (+634)

icône contemporaine

Célébrée à Huy en Belgique. Elle avait épousé le duc d'Aquitaine. Devenue veuve, elle quitta Toulouse et revint au pays de Liège où elle passa le reste de ses jours dans la charité et la prière.

 

 

St Ignace de Constantinople (+878)

mosaïque Sainte-Sophie Constantinople (Istanboul)

Son grand-père était l'empereur Nicéphore Ier, mais son père Michel II ne régna que deux ans, renversé par l'empereur Léon V. Nicétas, puisque tel était son nom, fut fait eunuque de force et devint moine à 14 ans, sous le nom d'Ignace, dans le monastère de l'île aux Princes. Moine austère, il fut le disciple fidèle de saint Théodore Studite. Higoumène quelques années plus tard, il contribua à l'essor de nombreux monastères et fut élevé à la dignité patriarcale. Il gouverna l'Eglise avec sagesse pendant quinze ans, mais l'humeur de l'empereur changea et saint Ignace fut exilé et remplacé par saint Photius. Rappelé après la mort de Michel III, il garda l'Eglise en paix durant onze nouvelles années.

St Jean de Capistran (1386-1456)

portrait, XVe

Jean, né à Capistrano, dans l'Abruzze, était fils d'un gentilhomme français qui avait suivi à Naples le duc d'Anjou, devenu roi de ce pays. Après ses études, on le pourvut d'une place de judicature, et fit un bon mariage. Tout lui souriait dans le monde, quand tout à coup s'évanouirent ces flatteuses espérances. Jeté à tort en prison, et perdant sa jeune femme, il résolut de ne plus servir que Dieu. Il vendit tous ses biens, paya sa rançon, distribua le reste aux pauvres, et se réfugia chez les Franciscains, près de Pérouse. Le gardien, craignant que cette vocation ne fût l'effet d'un dépit passager plutôt que d'un mouvement de la grâce, voulut l'éprouver. Il lui ordonna de faire le tour de la ville de Pérouse dont il avait été gouverneur, monté à rebours sur un âne, couvert d'un mauvais habit et la tête coiffée d'un bonnet de carton où étaient écrits divers péchés. Après une telle épreuve, les humiliations du noviciat ne lui coûtèrent plus. Jean fut renvoyé par deux fois du noviciat. Il resta jour et nuit à la porte du couvent, souffrant avec joie l'indifférence des religieux, les railleries des passants et les mépris des pauvres qui venaient demander l'aumône. Jean, reçu de nouveau, fut enfin admis à la profession. Dès lors sa vie fut admirable, il vivait uniquement de Jésus sur la Croix. Embrasé d'amour pour Dieu, il faisait de sa vie une oraison continuelle: le Crucifix, le Tabernacle, l'image de Marie, le jetaient dans l'extase: "Dieu, disait-il, m'a donné le nom de Jean, pour me faire le fils de Marie et l'ami de Jésus." Ordonné prêtre, Jean fut appliqué au ministère de la parole. Ses paroles produisaient partout des conversions nombreuses. Le Pape Eugène IV, frappé des prodigieux succès de ses discours, l'envoya comme nonce en Sicile; puis le chargea de travailler, au concile de Florence, à la réunion des Latins et des Grecs. Ami de saint Bernardin de Sienne, il le défendit, devant la cour de Rome, contre les calomnies que lui attirait son ardeur pour la réforme de son Ordre. Nicolas V l'envoya, en qualité de commissaire apostolique, dans la Hongrie, l'Allemagne, la Bohème et la Pologne. Toutes sortes de bénédictions accompagnèrent ses pas. À cette époque, Mahomet II menaçait l'Occident d'une complète invasion, tenait Belgrade assiégée, il se promettait d'arborer le croissant dans l'enceinte même de Rome. Le Pape Calixte III chargea saint Jean de Capistran de prêcher une croisade. Belgrade fut sauvée. C'était en l'an 1456. Trois mois après, saint Jean de Capistran, ayant prononcé ces paroles du Nunc dimittis: "C'est maintenant, Seigneur, que Vous laisserez mourir en paix Votre serviteur," expira en disant une dernière fois: "Jésus". Il avait soixante-et-onze ans.

jour précédent jour suivant