20 octobre

(3 références)

 

St Artemios (+363)

fresque grecque, XIVe

 

Gouverneur militaire d'Alexandrie et de l'Egypte sous l'empereur Constantin, il fut arrêté lors des persécutions de l'empereur Julien l'Apostat qui était retourné au paganisme. Roué de coups, puis écrasé sous un lourd bloc de rocher il fut finalement décapité en raison de sa fidélité au Christ.

 

 

 Ste Adeline (ou Aline) (+1125)

Elle fut la première abbesse de l'abbaye des "Dames Blanches" à Mortain dans le département de la Manche en Normandie.
Soeur de saint Vital, abbé de Savigny, elle était comme lui attirée par la vie monastique et fonda un groupe de moniales au Neufbourg près de Mortain. Lorsque Vital fit bâtir un couvent à Mortain, la communauté s'y installa en adoptant la règle et l'habit de Cîteaux. On l'appela " abbaye des Dames Blanches " et plus tard " Abbaye Blanche ". Avec Adeline on fête ce jour les autres saints de Savigny, saint Geoffroy, abbé, et saint Guillaume Niobé, religieux.

 Sr Emmanuelle (1908-2008)

"Je laisse le passé entre les mains de Dieu. L'avenir est la route vers le ciel. Mais ce qui m'intéresse le plus, c'est la minute présente où je sens Dieu présent à la porte de mon coeur. "

Madeleine Cinquin est née à Bruxelles le 16 novembre 1908 d'ans une famille franco-belge aisée. En 1914, alors qu'elle n'a que six ans, elle est fortement marquée par la mort de son père, noyé sous ses yeux sur la côte d'Ostende. Cette expérience la traumatise profondément et la fait se rapprocher de Dieu. Elle déclare que, dans son inconscient, sa vocation de religieuse date de cet accident. Elle entre de fait plusieurs années après, dans la congrégation de Notre-Dame de Sion. Mais ce n'est qu'au moment de sa retraite en 1971, elle était jusque là enseignante, que sa vie va prendre l'ampleur qui va la conduire sur le devant de la scène internationale. Elle va vivre avec les chiffonniers du Caire, pauvre parmi les plus pauvres, ce qu'elle désirait depuis toujours. Soeur Sarah, une copte orthodoxe va la rejoindre quelques années plus tard, et elles vont oeuvrer à améliorer le sort de cette frange de la population égyptienne jusqu'alors laissée pour compte. Elle écrit et son combat devient connu. Elle ira récolter les fonds nécessaires aux quatre coins du monde, invitant à la joie du partage. Lorsqu'elle doit rentrer en France, elle continue à se battre pour plus de solidarité, et tente toujours et partout d'éveiller à la vraie vie, qui est joie et partage. Ses forces déclinant, elle s'enfonce toujours plus dans la prière, et s'éteint juste avant son 100ème anniversaire.

 

" Acharnons-nous pour que l'Homme soit partout respecté " " Yalla! "

jour précédent jour suivant