7 novembre

(5 références)

 

St Proscodime (IIIème siècle)

icône contemporaine

Il est considéré comme le premier évêque de Padoue.

Mais on ne sait rien de sa vie.

 

 


St Eugène de Mélitène et ses compagnons (IVème)

 

St Eugène, St Nicandre, St Hésyque et plusieurs autres furent couronnés par le martyre à Mélitène en Arménie au 4ème siècle. Pour ne pas être enrôlé de force dans l'armée impériale où il devait sacrifier aux idoles, il prit la fuite. Rattrapé, il fut arrêté et avec d'autres chrétiens déjà emprisonnés, il fut décapité.

St Florent de Strasbourg (Vème siècle)

 

Sans doute originaire d'Irlande, il fonda l'abbaye de Haslach. Dans l'enceinte de Strasbourg, il édifia un hospice et une église dédiés à saint Thomas. Son éloquence rendait aimable, sa vertu et sa bonté entraînaient ses fidèles sur les chemins de la miséricorde de Dieu.
Il succéda à saint Arbogast et mourut vers 600.

 

 


St Willibrord (658-739)

enluminure, XIe

" Pendant cinquante ans, écrit Alcuin, ce grand missionnaire et grand ami du Christ se dévoua, jour après jour, à la conversion des infidèles. " En 690, alors que Pépin d'Herstal achevait la conquête de la Frise, Willibrord y arriva, venant d'Irlande, à la tête d'un groupe de moines anglo-saxons. En 695, le pape Serge Il' le sacra évêque d'Utrecht. Cinq ou six ans plus tard, Willibrord fonda le monastère d'Echternach. C'était d'Utrecht et d'Echternach que ses missionnaires partaient pour aller évangéliser les populations rhénanes encore païennes. Willibrord poussa jusqu'au Danemark et même, semble-t-il, jusqu'en Thuringe, Ce fut lui qui baptisa Pépin le Bref, père de Charlemagne. Il fut inhumé à Echternach où chaque année, depuis le XIVe siècle, le mardi de la Pentecôte, une procession dansante, unique en son genre (cinq pas en avant, trois en arrière), se déroule en son honneur.

St Pierre Wu Guosheng (1768-1814)

 

Pierre Wu Guosheng est originaire de Longping, une cité qui deviendra célèbre dans l'histoire communiste par la réunion des chefs de l'armée rouge au cours la Longue Marche en janvier 1935. Ses parents tiennent une hôtellerie. Guosheng a ainsi l'occasion d'accueillir un jour un hôte chrétien venu du Sichuan. D'esprit ouvert et de bonne volonté, il accueille avec joie les enseignements de l'Evangile. Plein de zèle pour sa nouvelle foi, il interpelle les passants, les fait asseoir et leur parle de Dieu. Le P. Matthias Luo vient du Sichuan constater par lui-même la foi peu ordinaire de Guosheng, mais il trouve ses manières quelque peu excessives. Il l'envoie au Sichuan, auprès de vieux catholiques. Le P. Luo le baptise enfin en 1796 et lui donne le nom de Pierre. Affermi dans sa foi, il annonce l'Evangile avec plus de force, ouvre des communautés qui comptent bientôt plusieurs centaines de chrétiens. Arrêté lors d'une persécution, il ne cherche pas à se dérober, heureux de porter les chaînes pour le Christ. Dans sa prison, il soutient la foi des nouveaux chrétiens qui l'y rejoignent. Tous ensemble, ils prient à voix forte. Le mandarin veut le faire marcher sur la croix et abjurer. Il préfère faire face à la mort. Sur le chemin du lieu d'exécution, il prie le chapelet. Ses amis disposent des offrandes sur son passage en geste d'adieu. Arrivé au lieu du supplice, il s'agenouille, lève les yeux au ciel et crie d'une voix forte : « Ciel, Ciel, ma demeure ! Je vois la gloire du ciel, je vois le Sauveur Jésus ». Il est âgé de 46 ans. De nombreux miracles, disent les chrétiens de la région, se sont produits par son intercession. Les païens eux-mêmes ont recours à sa protection. Sa tombe a été épargnée pendant la Révolution culturelle de 1966. Les pèlerins qui s'y succèdent y plantent quantité de petites croix.

jour précédent jour suivant