30 novembre

(3 références)

 

St André (Ier siècle)

icône contemporaine

André est né à Bethsaïde, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Simon, il était pêcheur. Recherchant Dieu, il avait d’abord été le disciple du prédicateur Jean le Baptiste, qui l’avait certainement baptisé. Lorsque Jean-Baptiste désigna Jésus-Christ en disant : « Voici l’Agneau de Dieu », « l’Agneau de Dieu qui l'emporte sur les péchés du monde » (Jean I, 29-40), il le suivit et ne le quitta plus. Il fut ainsi le premier disciple appelé par Jésus-Christ.
André servit souvent d’intermédiaire. Il présenta notamment son frère Simon à Jésus ; puis, lors de l’épisode de la multiplication, il amena le jeune garçon portant les cinq pains et les deux poissons ; lorsque des Grecs voulurent rencontrer Jésus, c’est encore à lui qu’ils s’adressèrent.
Après la Pentecôte, il partit prêcher l’Évangile, au cours d’un long voyage, tout autour des côtes de la mer Noire. Diverses sources font mention de son martyre à Patras, en Grèce, sur une croix en forme de X, appelée depuis, croix de St André.

St Tugdual de Tréguier (+563)

icône contemporaine

Tugdual (ou Tudal ou Tudwal ou Tugal), est le fils du roi Hoël ler et de sainte Koupaïa en breton, et le frère du roi Hoël II, de sainte Sève et de saint Lunaire, d'origine galloise. Il est considéré comme l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.

Il passa en Armorique au début du VIe siècle, débarqua au Conquet, fonda un monastère à Lan Pabu, devenu Trébabu, en Léon, puis un ermitage à Saint-Pabu, sur l'Aber-Benoît. Il fonda aussi le monastère de Tréguier, obtint l'aide de l'évêque d'Angers et du roi Childebert contre Conomorre. Il se rendit à Rome en 548, arriva à la mort du pape et fut désigné comme pape par une colombe blanche. Il revint à Tréguier où il mourut le 30 novembre 563.

 

Etty Hillesum (1914-1943)

Née le 15 janvier 1914 dans une famille juive libérale de Hollande, Esther, dite Etty, rencontre en 1941 après ses études de droit, le psychothérapeute Julius Spier dont elle devint l’élève, la secrétaire, et l’amie intime. Il lui fait découvrir toute la richesse de la Bible et la prière. Grâce à la lecture quotidienne de la Parole de Dieu et la rédaction de son journal, Etty entre dans une grande familiarité avec Dieu, dont elle devine l’étincelante présence cachée dans chaque être humain en proie à la détresse. Elle se découvre capable de rendre grâce, et décide d’ « être là » auprès de ceux de son peuple en proie à la détresse et l’angoisse de la déportation, dans un mouvement de fidélité à soi et à Dieu. Engagée dans les services administratifs du Conseil juif d’Amsterdam en juillet 1942, elle est envoyée à sa demande au camp de transit de Westerbork, où elle choisit de rester sans tirer avantage de son statut de fonctionnaire. Elle s’invente toutes sortes de tâches et se dépense sans compter auprès de ceux qui attendent de semaine en semaine leur déportation. Déportée finalement aussi avec les siens en septembre 1943, elle meurt à Auschwitz le 30 novembre.

" Je ne me fais pas beaucoup d'illusions sur la réalité de la situation et je renonce même à prétendre aider les autres ; je prendrai pour principe d'"aider Dieu" autant que possible et si j'y réussis, eh bien je serai là pour les autres aussi... Oui, mon Dieu, tu sembles assez peu capable de modifier une situation finalement indissociable de cette vie. Je ne t'en demande pas compte, c'est à toi au contraire de nous appeler à rendre des comptes, un jour. Il m'apparaît de plus en plus clairement à chaque pulsation de mon coeur que tu ne peux pas nous aider, mais que c'est à nous de t'aider à défendre jusqu'au bout la demeure qui t'abrite en nous. "

jour précédent jour suivant