23 novembre

(4 références)

 

St Clément de Rome (+ v. 100)

icône contemporaine

Disciple de saint Paul qui en parle dans sa lettre aux Philippiens (4.3), il est l'un des premiers évêques de Rome. Mais on sait peu de choses de son pontificat en ce temps de l'Eglise naissante. Sa lettre aux Corinthiens est le premier document où l'on voit l'Eglise de Rome intervenir dans une autre Eglise pour qu'y vive la charité, document inappréciable par la fraîcheur du texte si proche des rédactions des évangélistes. Selon la tradition, non vérifiée, il aurait été exilé en Crimée à Cherson où il aurait subi le martyre par noyade. Ses reliques furent ramenées à Rome par les saints Cyrille et Méthode au 9ème siècle.

 

 

"Qu'il demeure donc entier, le corps que nous formons en Jésus-Christ ! Que chacun respecte en son prochain le charisme qu'il a reçu."

St Amphiloque (+ v. 400)

icône contemporaine

St Amphiloque originaire de Nazianze, en Cappadoce, est le fils d’un avocat nommé Amphilochios. Alors qu’il est encore très jeune, il perd successivement sa mère Livia et son frère Euphèmios. Il effectue des études de droit à Constantinople puis exerce ensuite la profession d’avocat dans cette ville. Il fait bientôt la connaissance de St Basile de Césarée et de St Grégoire de Nazianze, avec qui il noue des liens solides. Cependant, il se retrouve bientôt aux prises avec des problèmes d’argent et décide donc de quitter sa vie professionnelle pour retourner auprès de son père à Ozizala, en Cappadoce. Enfin, quelques années plus tard, St Basile le choisit comme évêque d’Iconium, charge qu’il assume avec une grande sagesse et dans laquelle il gagne le respect de tous.

St Séverin (+ v.540)

statue (Saint-Severin, Paris)

Touché par le désir de mener une vie contemplative, il s'enferma dans une petite cellule sur les bords de la Seine. Il eut de nombreux disciples dont saint Cloud et les parisiens qui venaient nombreux se recommander à ses prières. Il fut enterré au lieu même de son ermitage qui est devenu la paroisse parisienne de Saint Séverin, et dont l'église demeure encore un asile de silence comme un ermitage dans ce quartier débordant de vie.

St Alexandre Nevsky (+1262)

icône contemporaine

A dix ans, il était prince de Novgorod une cité où les "petites gens" jouissaient d'un degré de liberté et de liberté d'expression (car toutes les couches sociales étaient lettrées) plutôt exceptionnel pour l'époque... Il sut se faire aimer d'eux et de tous. Quelques années plus tard, en 1237, les Tatares déferlèrent sur la Russie contrôlant pour deux cents ans l'ensemble des principautés russes par de lourdes impositions financières. Mais à la même époque, Novgorod eût à affronter le royaume de Suède, le royaume de Lituanie et les chevaliers teutoniques qui voulaient convertir au catholicisme romain les peuples orthodoxes. Partisan intransigeant de l'orthodoxie byzantine, St Alexandre s'opposa à eux victorieusement sur les rives du lac Peipus. Il eût aussi à faire face aux pressions du khan et dût même aller lui rendre visite aux extrêmes confins de la Mongolie. Ayant obtenu le pouvoir sur toute la Russie, il intercéda pour son peuple allégeant les taxes des Mongols d'un côté et repoussant à l'Ouest la coalition germano-scandinave dirigée par les chevaliers teutoniques. Epuisé par les voyages et par la maladie, il retourna dans la paix de Dieu dans la petite ville de Gorodets, au retour de sa dernière expédition à Sarai, la ville dont dépendait Novgorod depuis la fragmentation de la Horde d'Or (le grand empire de Batou khan, partagé à sa mort entre tous ses fils).

jour précédent jour suivant