20 novembre

(6 références)

 

  rabbi Aqiva (env. 50-135)

En 135 de notre ère, à une date imprécise, meurt, des suites des tortures qu’il a subies de la main de ses geôliers romains, Rabbi Aqiva, heureux d’accomplir ainsi le précepte de la Torah : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces ». Aqiva, originaire de Galilée, naquit sans doute vers la moitié du 1er siècle d’une famille pauvre de ‘am ha-arez. Tandis qu’il exerçait la profession de berger, il fut au service d’un riche propriétaire terrien de Jérusalem, qui s’opposa formellement au mariage d’Aqiva avec sa fille Rachel. Tous deux furent ainsi livrés à une extrême pauvreté, mais, selon la tradition, Rachel accepta d’épouser Aqiva à condition qu’il se voue entièrement à l’étude de la Torah. Il passa alors treize années à l’école de Lydda, et probablement aussi longtemps à celle de Yavneh : aussi devint-il un des plus importants tannaim, et le plus grand savant juif de son temps. Aqiva ouvrit sa propre école à Bené Beraq et s’employa, avec beaucoup d’humilité, à commenter la Torah ; il fut au nombre des plus ardents défenseurs de la canonicité du Cantique des cantiques. Son grand amour pour l’Écriture ne l’empêcha pas cependant d’exercer une activité intense en faveur des plus pauvres. La révolte de Bar Kohba, qui commença en 132, fut pour lui l’occasion de s’unir à ceux qui espéraient la venue de l’ère messianique. Aqiva fut emprisonné pour avoir refusé de renoncer à enseigner ouvertement la Torah, au mépris des interdits de l’empereur. Il put ainsi couronner par sa mort une existence totalement dédiée à l’écoute obéissante du Seigneur, jusqu’à sanctifier le Nom par le don suprême de sa vie dans le martyre. (Bose)

St Dasius (+303)

icône contemporaine

Saint Dasius vécut au 3ème siècle dans la ville de Dorostolum, sur le Danube. Les habitants de la ville préparaient une fête en l'honneur de la divinité païenne Saturne. La coutume voulait que 30 jours avant la célébration, ils sélectionnaient un beau jeune homme, l'habillait bellement, lui accordait des honneurs royaux, et il était balladé en public déguisé en Saturne. Trente jours durant, il se livrait aux actes criminels et à la débauche. Le jour de la fête, on l'amenait devant les idoles et on le décapitait par l'épée, en sacrifice à Saturne. Le choix de ses compatriotes tomba sur saint Dasius, car il n'y avait plus de beau jeune en ville. Apprennant cela, le saint dit : 'Si je suis condamné à mourir, il est mieux de mourir pour le Christ en Chrétien.' Il confessa ouvertement sa Foi en Christ devant ses concitoyens et refusa de prendre part à ces honteux rituels. Il dénonça l'impiété et l'erreur des idolâtres, et en convertit certains au Christ. Dès lors, aux ordres des empereurs Dioclétien (284-305) et Maximian (305-311), il fut décapité après de cruelles tortures.

St Grégoire le Décapolite (+842)

 

A l'époque iconoclaste, il entreprit d'encourager les défenseurs du culte des saintes icônes par son enseignement. Empêché d'entrer dans la capitale byzantine, il se rend à Thessalonique, à Corinthe, à Reggio-de-Calabre, à Rome, à Syracuse en Sicile. Il servit ainsi l'Eglise par la défense du culte des saintes Images et par son rayonnement spirituel. Il meurt à Constantinople où il put revenir, avant de voir le triomphe de l'Orthodoxie.

St Edmond (841-870)

icône contemporaine

Roi du petit royaume d'Est-Anglie (Angleterre) qu'envahissaient fréquemment les Danois, il fut fait prisonnier lors de la bataille qu'il livra contre eux, et perdit, à Hoxne (Suffolk) en 870. Sommé de souscrire des conditions contraires au bien-être et à la religion de son pays, il refusa, préférant la mort. Les Danois l'attachèrent à un arbre, le criblèrent de flèches, puis lui tranchèrent la tête qu'ils jetèrent dans un fourré. Elle fut retrouvée intacte, dit-on, entre les pattes d'un loup qui l'avait défendue contre les rapaces de la forêt. Les Anglais décernèrent à Edmond la couronne du martyre et lui dédièrent de nombreuses églises.

 

 St Bernward d'Hildesheim (+1022)

Enluminure, XIIe

Bernward est issu de la noblesse saxonne. Il passe son enfance auprès de son grand-père maternel, le comte palatin Adalbéron de Saxe, jusqu'à la mort de ce dernier. Il reçoit d'abord une éducation très complète au séminaire d'Hildesheim. Dès 987 il fait partie de la cour d'Otton II et de Théophano en tant que secrétaire et rédacteur des décrets impériaux. De 987 à 993 il exerce les fonctions de précepteur d'Otton III. en 993, l'archevêque de Mayence Willigis le consacre évêque d'Hildesheim. Amateur d'art, il ornera sa cathédrale de portes de bronze sculptées, et d'une abbaye consacrée à St Michel, que l'évêque concevait comme une représentation de la Jérusalem céleste et dont il voulait faire son mausolée. Il fit aussi enceindre le quartier de la cathédrale d'un rempart muni de douze tours (en partie conservé) comme un château fort et fit dresser plusieurs donjons à travers le pays pour le protéger des agressions des tribus slaves. Mais la vie spirituelle de son diocèse ainsi que la charité envers les pauvres lui tenaient à cœur.

Bernward consacra "son" abbaye, encore inachevée, le 29 septembre 1022. Il s'y fit moine le jour de la Saint-Martin (11 novembre) de la même année, et mourut le 20 novembre. Il fut inhumé dans la crypte de la chapelle du monastère.

 Bse Marie-Fortunata Viti (1827-1922)

 

Analphabète, elle perdit sa mère très jeune et eut la charge d'une nombreuse famille. A 24 ans, elle entra comme soeur converse à l'abbaye de Saint-Marie de Franconi. Elle était un exemple de vie monastique, et, par sa joie et son amour du travail, elle répandit autour d'elle la paix et la charité. Pendant presque tout le cours de sa longue vie, elle s’occupa de la lingerie du monastère, attentive à observer de tout son cœur les seuls préceptes de la Règle.

Elle fut béatifiée en 1967 comme témoignage que la science de la vie spirituelle est plus grande que les sciences intellectuelles.


jour précédent jour suivant