19 novembre

(6 références)

 

 St prophète Abdias (IXème siècle av J.C.)

enluminure constantinopolitaine

Son nom signifie "serviteur de Dieu". Il est un des douze petits prophètes de l'Ancien Testament. Le texte qui nous reste de lui ne comprend que vingt-cinq versets. les auteurs modernes en situent les différentes sections entre les IXe et Ve siècles avant J.-C.

 

 

  St Barlaam (+303)

icône contemporaine

 


Né à Antioche, du fait de sa Foi dans le Christ Seigneur, il fut terriblement torturé. Un juge décida de le ridiculiser publiquement, et le mettre sous forte pression pour qu'il sacrifie aux idoles. Dès lors il l'amena au temple et mit du feu dans sa paume, plaça de l'encens sur ce feu, pensant qu'à cause de la douleur, le martyr serait forcé de jetter le feu et l'encens en face de sidoles, et dès lors de leur offrir involontairement de l'encens. Mais il garda le feu dans sa main et ne le jetta pas aux idoles, de sorte qu'à la fin sa main fut consumée. 'Il avait sa main droite plus forte que le feu', disait St Basile le Grand, 'car bien que les flammes la consummait, cependant la main gardait ce feu jusqu'à la cendre.' Lorsque sa main se fut consummée, son corps tomba raide mort et son âme partit vers l'éternel repos de son Seigneur et Sauveur.

 St Jacques de Saxeau (+865)

Originaire de Grèce, il servit comme soldat sous les ordres de l'empereur de Byzance, Léon l'Arménien. Nous le retrouvons quelques années plus tard, d'abord à Lyon, puis à Bourges et c'est là qu'il se fixe, sur les bords de la Sauldre, dans un lieu encore désertique où il peut mener la vie érémitique dont il rêvait.

 


 St Hilarion le Géorgien (816-875)

icône géorgienne contemporaine

Né près de Tbilissi en Géorgie, il fut moine (très jeune) jusqu'au jour où l'évêque l'appela à devenir prêtre. Il est connu pour ses traductions des Pères Grecs en langue géorgienne afin de nourrir la spiritualité de son peuple. Il " pèlerina " à Constantinople, en Terre Sainte et à Rome et revint en Grèce où il fonda un monastère à Thessalonique.

 Ste Mechtilde (1241-1299)

icône contemporaine

Apparentée aux Hohenstauffen, elle appartenait à une famille puissante. Sa sœur aînée était abbesse du monastère des cisterciennes de Rodersdorf qui, plus tard, sera transférée à Helfta. C'est donc tout naturellement que la petite Mechtilde lorsqu'elle eût 7 ans, fut confiée à sa sœur pour son éducation. Elle ne quittera plus le monastère. Bien plus tard, on lui remit la charge de la formation des jeunes élèves : l'alumnat. Elle dirigeait le chant monastique et sainte Gertrude fut parmi ses élèves. C'est à elle qu'elle dévoilera une partie de son extraordinaire vie spirituelle dans " Le Livre de la grâce spéciale ", vie spirituelle qui s'enracine dans la liturgie et la pratique de la "Lectio Divina ", insistant plus sur la figure du Christ glorieux que sur la figure du Serviteur souffrant. Elle recevra des visions du Sacré-Cœur, non point comme un amour méconnu, mais comme un amour victorieux. Une sainte de la sérénité et de l'optimisme.

 St Philarète de Moscou (1782-1867)

 

icône contemporaine

Il fut une figure marquante du renouveau de l'orthodoxie russe au XIXème siècle. Il avait reçu la tonsure monastique et son nom de Philarète (son nom de baptême était Basile), durant ses études de théologie à Moscou. ordonné prêtre en 1809, il officie et enseigne dans différentes grandes villes russes. Nommé métropolite de Moscou en 1826. Il prèche et écrit beaucoup, son catéchisme en particulier aura beaucoup de succès et d'influence. Il luttera aussi contre la politique religieuse de Pierre le Grand, ce qui lui vaudra beaucoup d'ennemis. Il soutiendra tous ceux qui oeuvraient à la renaissance de la spiritualité, en particulier les pères du célèbre monastère d'Optino ou les moniales de Diveyevo, couvent fondé par St Séraphim de Sarov. Il sera aussi à l'origine de la traduction de la Bible en russe moderne.

 

"Seigneur! Je ne sais pas que te demander. Tu es seul à savoir ce qui m'est nécessaire. Tu m'aimes davantage que je ne puis m'aimer moi-même. Accorde-moi, à moi ton serviteur, de voir ce que je suis incapable de demander par moi-même. Je n'ose demander ni la croix, ni la consolation. Je me tiens seulement devant Toi. Mon coeur T'est ouvert. Tu vois les besoins que j'ignore. Vois et agis selon Ta miséricorde. Frappe-moi et guéris-moi. Terrasse-moi et relève-moi. Je révère Ta volonté, et je me tais devant Toi, devant Ta volonté sainte, devant Tes arrêts impénétrables. Je me donne à Toi entièrement. Il n `y a en moi ni volonté, ni désir, si ce n'est le désir d'accomplir Ta volonté. Enseigne-moi à prier. Prie Toi-même au-dedans de moi."

jour précédent jour suivant