21 mars

(3 références)

 

St Sérapion (+362)

icône contemporaine

Ascète dans le désert d’Égypte, avant d’être évêque de Thmuis,
Sérapion fut une figure de tout premier plan dans l’Église copte du IV è siècle. Moine dans le désert intérieur, confident d’Antoine qui lui avait laissé en héritage, de façon très symbolique, une de ses tuniques de peau, Sérapion accepta la nomination épiscopale pour contribuer à défendre la foi de l’Église, sérieusement menacée par les ariens, mais surtout par les manichéens. Pour s’opposer à ces derniers, Sérapion écrivit un traité sur la dignité et l’importance de l’Ancien Testament pour la foi chrétienne, qui prouvait en même temps une remarquable finesse de jugement et une fréquentation assidue des Écritures.
Sérapion fut un polémiste aux accents pacifiques ; il éprouva une amitié sincère pour Athanase, qu’il défendit à maintes reprises contre ses détracteurs ; il contribua notablement à la pacification entre les factions qui, au IV è siècle, divisaient profondément l’Église.
Il mourut en exil sous l’empereur Constance : c’est la raison pour laquelle Jérôme en fait un confesseur de la foi.

St Robert de Molesmes (+1110)

Ce jeune bourguignon entra très jeune chez les bénédictins de Moutier-la-Celle dans l'Aube. A peine son noviciat terminé, il fut nommé prieur. Les bénédictins de Tonnerre ayant voulu l'avoir comme Père Abbé, il accepta, mais les ayant trouvés très relâchés et surtout peu réformables, il prit congé d'eux et revint à Moutier. Quelques ermites l'invitèrent à se mettre à leur tête et il partit avec eux dans la forêt de Molesmes en Côte d'Or dans des petites huttes de branchages autour d'une petite chapelle. Les recrues et les dons affluèrent, les huttes disparurent, un monastrère se construisit et les ermites devinrent plus soucieux de leur confort que de l'ascèse. Saint Robert les quitta, mais les dons cessèrent en même temps. Ils le supplièrent de revenir et il revint. La ferveur, elle ne revint pas. Alors avec une vingtaine de moines plus décidés, dont saint Albéric et saint Etienne Harding, il se fixa à Citeaux pour y établir la vie monastique qu'il rêvait. Ainsi naquit l'Ordre cistercien en 1098, mais le pape lui intima l'ordre de reprendre la tête de son monastère. Il obéit, et eut la consolation de voir ses moines revenus à de meilleures dispositions. Il mourut ainsi en paix.

St Nicolas de Flue (1417-1487)

icône d'élève

"Seigneur Dieu, enlevez-moi tout ce qui m’éloigne de vous. Seigneur Dieu, donnez-moi tout ce qui me rapproche de vous. Prenez-moi à moi et donnez-moi tout à vous"

Cet herbager du centre de la Suisse, du canton d'Unterwald, eût une grande influence dans les cantons de langue germanique qui ont été à la naissance de la Confédération hélvétique. Malgré son penchant pour la méditation solitaire, il épousa une femme courageuse, Dorothée Wiss qui lui donna cinq filles et cinq fils. Il tenait sa place dans la vie politique du canton comme conseiller, mais aussi comme officier dans l'armée. Mais ce bon père de famille, cet homme d'un grand civisme se retire dans un lieu solitaire pour prier chaque fois qu'il le peut. A cinquante ans, n'y tenant plus, il se laisse happer par la contemplation. Il demande à sa femme et à ses grands enfants l'autorisation de se consacrer entièrement à Dieu. Permission accordée qui devrait mériter à Dorothée aussi la reconnaissance de l'Eglise pour l'héroïcité de ses vertus. Nicolas s'enfonce dans la prière. Les visions mystiques deviennent de plus en plus nombreuses. Son jeûne est absolu, scrupuleusement vérifié par des espions de l'évêque du lieu. Curieusement, plus il s'isole, plus il influence la politique de son pays. On vient lui demander conseil, il dicte ses recommandations, toujours en faveur de la paix et de la concorde. Et c'est ainsi qu'il sauva sa patrie en 1471, lors de l'invasion de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne qui voulait l'annexer et, en 1481, quand il rédigea en une nuit une constitution qui empêcha Unterwald de quitter les autres cantons, au risque de la désagrégation de la confédération.

jour précédent jour suivant