19 mars

(5 références)

 

St Joseph (Ier siècle)

20 x 15cm (2016)

Les évangélistes ne nous ont conservé aucune parole de ce "juste", le charpentier de Nazareth en Galilée, fiancé de Marie, la Mère de Dieu, époux aussi discret que fidèle et chaste. Père nourricier et éducateur de Dieu le Fils, devenu homme parmi les hommes de ce village, il le fait tout simplement. Il est un vrai fils d'Abraham : il croit et fait ce que Dieu lui dit. Lorsque Jésus disparaît pendant trois jours lors du pèlerinage à Jérusalem, Joseph accompagne la quête de Marie :" Ton père et moi nous te cherchions." Et Jésus, redescend à Nazareth, soumis à celui qui, sur terre, a autorité paternelle sur lui. Dieu savait à qui il confiait son Fils unique et sa Mère, à celui qui était l'homme le plus capable au monde d'être la parfaite image du Père.

Sts Chrysanthe et Daria (+283)

 icône contemporaine

Chrysanthe et son épouse Daria, ainsi que d'autres chrétiens, subirent le martyre, emmurés dans une grotte.

 

 

St Innocent de Vologda (+1491)

Originaire de Moscou, il fut le premier disciple de saint Nil Sorski et voyagea avec lui à Constantinople et au Mont Athos. Il rédigea une "introduction" aux écrits de saint Nil avec cette phrase de bon sens : " La purification du coeur se réalise plus par la vigilance et la prière intérieure que par les prescriptions extérieures et l'ascèse corporelle."

 

Bx Marcel Callo (1921-1945)

Il naît à Rennes dans une famille nombreuse d’ouvriers, originaire du monde rural. A 12 ans, il entre en apprentissage et adhère à la "Croisade eucharistique". Il veut en effet placer l’Eucharistie au cœur de toute initiative et faire de sa vie une prière ininterrompue. Ses débuts dans l’imprimerie, où il est typographe, sont difficiles : il se heurte à un monde ouvrier souvent rude, très déchristianisé. Cela le conduit à entrer à la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), où il veut privilégier la vie spirituelle comme source de toute action. Il y assume vite des responsabilités et se dépense sans compter, y compris quand en 1940, la JOC deviendra clandestine. En 1943, Marcel vient de se fiancer quand il perd sa sœur dans un bombardement et est réquisitionné pour le STO (Service du Travail Obligatoire, en Allemagne). Il accepte de partir, par souci de sa famille – qui risquerait sinon des représailles – et, surtout, par souci apostolique. Après une période de détresse et de découragement, il organise clandestinement la vie chrétienne du groupe. Son engagement chrétien aux côtés de ses frères de travail le trahit : il est arrêté par la Gestapo qui le juge « trop catholique ». Envoyé à la prison de Gotha, avec les principaux dirigeants jocistes de Thuringe, il est envoyé aux camps de Flossenburg puis de Maathausen. Là, il va partager la souffrance des déportés, d’autant plus vive dans l’affolement qui gagne les nazis à l’heure où les alliés avancent. Le 19 mars 1945, il meurt d’épuisement et de maladie, assisté par un ami qui restera bouleversé de son attitude pleine de dignité et d’espérance. ( d'après www.inxl6.org/article1885.php)

jour précédent jour suivant