31 mai

(4 références)

 

La Visitation

icône copte contemporaine

"En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth. Et il advint, dès qu’Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit: "Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein! Et comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? Car, vois-tu, dès l’instant où ta salutation a frappé mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en mon sein. Oui, bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur!" (Lc 1, 39-45)

 

"Dieu Tout-Puissant, tu as inspiré à la Vierge Marie, qui portait en elle ton propre Fils, de visiter sa cousine Elisabeth ; accorde-nous d'être dociles au souffle de l'Esprit afin de pouvoir nous aussi te magnifier éternellement. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur." (Prière de la fête)

Ste Petronille (1er siècle)

Vierge et martyre romaine, appartenant à la branche chrétienne de la famille Flavia Domitilla à Rome par Titus Flavianus Petronius. Selon une tradition, elle aurait été baptisée par saint Pierre lui-même, ce qui n'est pas impossible. Dès lors elle fut considérée comme sa fille spirituelle.
Quand la France se fit "la fille aînée de l'Eglise", elle adopta sainte Pétronille et en fit longtemps l'une de ses patronnes nationales. Beaucoup de jeunes françaises s'appelèrent alors Perrette, Pierrette, Perrine, Pernelle.

 


St Marien da Roccacasale (1778-1866)

Né en 1778 à Roccasale dans une famille rurale très croyante, dès son enfance Domenico de Arcangelo di Nicolantonio apprécie l'esprit de pauvreté des franciscains. Il entre au couvent à l'âge de 23 ans, prenant le nom de religion de Mariano da Roccacasale, d'abord à Arisquia puis à la retraite de Bellegra où il devient frère tourier accueillant les pèlerins et voyageurs avec sourire et amabilité. Sa vie de prière et sa charité font sa réputation; semant la paix, il écoute les soucis de tous et les présente au Seigneur.

Anthony de Mello (1931-1987)

"Seuls les dormeurs et les enfants ont besoin qu'on s'occupe d'eux. Réveillez-vous ! Ou grandissez ! "

Fils aîné d'une famille issue d'une longue lignée catholique renommée pour sa ferveur religieuse, Anthony déclare très tôt vouloir devenir prêtre jésuite. Un voeu impensable pour ses parents qui souhaitent le voir continuer ses brillantes études et trouver un travail sûr pour s'occuper d'eux dans l'avenir. Mais Anthony ne démord pas de son désir et fait part de ses prières à sa mère. Si elle tombe enceinte d'un garçon, il pourra devenir jésuite, si elle ne tombe pas enceinte, il épousera une carrière civile. Alors, âgée de quarante ans sa mère est peu inquiète. Mais quelques mois plus tard, vient au monde son petit frère Bill ! Ses parents étouffent leurs dernières réticences et le 1er juillet 1947 Anthony entre dans la Société de Jésus comme novice au séminaire de Vinayalaya à Bombay, établissement dont il deviendra le recteur entre 1968 et 1972. Mais Anthony n'est pas tout de suite perçu comme un homme bon et sage. Alors rigide dans sa pratique religieuse, un voyage en Espagne en 1952 va le métamorphoser. Il revient plus flexible, tolérant, doux et charismatique. Ses études de théologie entre 1958 et 1961 confirment sa nouvelle approche de la religion. Dès lors, il est un leader spirituel en Inde et voyage régulièrement pour donner des séminaires. Il disparaîtra lors d'un séjour à New York, à l'âge de 56 ans. (Evene)

jour précédent jour suivant