28 juin

(5 références)

 

  St Irénée de Lyon (+202) 

fresque contemporaine

 Irénée venait d'Asie Mineure comme beaucoup d'autres dans cette vallée du Rhône. Dans sa jeunesse, il avait été disciple de saint Polycarpe de Smyrne qui avait été lui-même un disciple de saint Jean l'Apôtre. C'est peut-être ce qui lui donna le sens aigu de la tradition dans l'Eglise : transmission d'homme à homme du dépôt de la foi. On le retrouve à Lyon. On ne sait pourquoi, car il ne s'est pas expliqué sur les raisons de son voyage. On ne sait pas non plus comment il échappe à la grande persécution qui décime les Eglises de Lyon et de Vienne. Etait-il en mission à Rome comme on l'a dit ? En tous cas, il succède à saint Pothin l'évêque de Lyon , mort martyr pendant cette persécution. Il ne cesse de se dépenser au service de la paix des Eglises. Un grand danger le préoccupe : les doctrines gnostiques qui se répandent dangereusement. Elles nient l'Incarnation du Fils de Dieu et mettent en péril l'intégrité de la foi. Saint Irénée les étudie très minutieusement, enquête, interroge, lit. Armé par cette connaissance approfondie de l'adversaire, il rédige un important traité "Contre les hérésies" pour réfuter ces doctrines ésotériques. En même temps, il intervient auprès du pape pour l'empêcher d'exclure de la communion de l'Eglise les communautés qui fêtent Pâques à une autre date que l'Eglise romaine. Il n'oubliait pas que son nom signifie :"le pacifique". L'intelligence, la charité et le sens de la Tradition apostolique resplendissent dans ses oeuvres.

  St Heimrad (+1019) 

 Originaire de la Souabe, il est l'une des figures les plus populaires au Moyen Age. Fils de serfs, il devint prêtre, ce qui était rare à l'époque. Il partit en pèlerinage en Terre Sainte et en revint avec une vocation de "fol en Christ", ce qui était également rare en Occident. Pendant quarante ans, il parcourt l'Allemagne en pèlerin, recherchant tout ce qui permettait d'être traité comme Jésus l'avait été ici-bas. En Rhénanie, un abbé d'un monastère le fit flageller pour lui avoir dit que l'on était guère fervent dans son couvent. En Westphalie, un curé lança ses chiens contre lui pour l'obliger à quitter sa paroisse. L'impératrice Cunégonde le fit fouetter parce qu'il avait osé dire qu'il était le frère de l'empereur. Quand le châtiment fut terminé, il lui dit :"Nous avons le même père qui est aux cieux." Ste Cunégonde le regretta et lui demanda pardon. Il fut trouvé mort, un jour, dans une cabane abandonnée, son pèlerinage avait atteint son but : le ciel.

St Serge de Valaam (XIVème siècle) 

fresque contemporaine

 Grec d'origine, il s'installa sur l'île principale du lac Ladoga en Russie, rayonnant de la joie et de la paix du Saint Esprit, annonçant l'Evangile aux populations païennes voisines et c'est là qu'il trouva le repos, donnant à l'Eglise l'un des plus hauts lieux de la spiritualité et de la contemplation. Depuis, la prière ne s'est jamais arrêtée, même durant l'occupation soviétique.

 

St Paul Giustiniani (1476-1528)

icône contemporaine

 Né dans l’opulente famille vénitienne des Giustiniani, le jeune Thomas fut formé à l’école des humanistes italiens les plus renommés de son temps. Il se retira sur l’île de Murano pour approfondir dans la sérénité sa propre recherche philosophique ; là, Thomas entra en contact avec les moines camaldules et sa vie subit un retournement soudain et radical. En 1510, il entra, avec deux amis vénitiens, dans l’ermitage des Camaldules où il prit le nom de Paul. Vite, il se mit à aspirer, avec l’un de ses deux amis, Pierre Quirini, à une profonde réforme de l’Église, jusqu’à écrire un pamphlet détaillé sur la question qu’il adressa au pape Léon X.
Mais le mécontentement de Giustiniani ne se limitait pas à la situation d’ensemble de l’Église ; il garda, sa vie durant, la certitude que la vie érémitique pouvait être le rappel, dans le silence et le mystère, de l’amour de Dieu pour les hommes, une « prédication sans paroles ». Brûlant du désir de se livrer totalement à une vie d’intimité avec Dieu, il abandonna l’environnement des Camaldules et créa en 1520, près d’Ancône, la « Compagnie des Ermites de Saint Romuald », aujourd’hui connus sous le nom d’ermites camaldules de Monte Corona. Giustiniani sut, grâce à sa grande culture, maintenir l’unité entre une austérité poussée presque à son paroxysme et une sensibilité spirituelle remarquable.

St John Southworth (+ 1654)

 Arrêté pour exercice des fonctions sacerdotales sur le sol britannique, il subit plusieurs fois la prison et l’exil. Enfin condamné à mort sous le protectorat d’Olivier Cromwell, en voyant, à Tyburn, le gibet avec la corde, il s’écria qu’il tenait la potence pour la croix du Christ. (martyrologe romain)
Il fait partie des Quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles qui ont été canonisés en 1970.

 

jour précédent jour suivant