26 juin

(4 références)

 

  St Vigile de Trente (353-405)

 

 Patricien romain. Après avoir étudié à Athènes, il s’installe dans la région de Trent, en Italie, où il est nommé évêque. Ami de St Chrysostome et de St Ambroise de Milan, il se consacre au soulagement des pauvres. Sous son épiscopat, il réussit pratiquement à neutraliser le paganisme et à ramener les Ariens dans la religion chrétienne. Missionnaire, il fonde plus d’une trentaine de paroisses dans son diocèse. Il est finalement lapidé pour avoir détruit une statue à l’effigie de Saturne.

 

  St David de Thessalonique (+540)

 

fresque contemporaine

 David était originaire de Mésopotamie. Il s'était bâti, près de la ville de Thessalonique une petite cabane où il vécut en ermite plus de soixante ans. Des soldats gardaient les remparts de la ville : on craignait des raids barbares. Une nuit, les soldats de garde sur les remparts voient une flamme jaillir de la cabane. Ils plaignent le pauvre ermite brûlé vif. Or au matin, l'ermite est toujours là et la cabane aussi. Le phénomène se renouvellera souvent, si bien que c'en était presque devenu une curiosité de venir la nuit regarder du haut des remparts les flammes qui jaillissaient de la cabane sans la consumer. C'était le signe sensible des faveurs accordées par Dieu à l'ermite : la flamme du buisson ardent avait si totalement envahi le coeur du vieillard, qu'elle débordait à l'extérieur. Peu avant sa mort, l'ermite, devenu célèbre malgré lui, fut arraché à sa retraite pour être envoyé comme ambassadeur de la ville auprès de l'empereur Justinien.

  St Pélage (+925)

 

 Jeune espagnol de 10 ans laissé en otage aux mains des Maures par son oncle. Après trois ans, la rançon pour sa libération n’a pas encore été payée. On lui offre alors la liberté s’il accepte de se convertir à l’Islam. Ayant refusé, il est martyrisé (912-925) St Pélage est le patron des personnes abandonnées et des victimes de torture.

 

  St Anthelme de Chignin (+1178)

 

 Il était né au château de Chignin en Savoie non loin de Chambéry et préféra la solitude de la prière avec le Christ à la vie mondaine et chasseresse des grands seigneurs. Il reconstruisit la Grande-Chartreuse qu'une avalanche avait détruite et en devint le septième prieur. Ce fut lui qui fonda les premières chartreuses pour les femmes désireuses de mener une vie érémitique. Comme il avait dû punir deux de ses moines qui le méritaient, ceux-ci firent appel au pape Alexandre III, qui d'abord les soutint. Pour que règne la paix, saint Anthelme donna sa démission et rentra joyeusement dans le rang .Mais son bonheur dura peu. Le pape, mieux informé, revint sur sa décision, et pour comble, le nomma évêque de Belley. Il s'était pareillement brouillé avec l'empereur Frédéric Barberousse pour avoir refusé Victor IV, un antipape de fabrication impériale. Là encore saint Anthelme joua de malheur. L'empereur se réconcilia avec saint Anthelme et l'éleva, lui et ses successeurs, à la dignité de prince-électeur du Saint Empire romain germanique. Il tenta en vain de servir de médiateur entre saint Thomas Beckett et le roi Henri II d'Angleterre.

jour précédent jour suivant