6 juillet

(4 références)

 

  St Sisoès de Scété (+429)

icône contemporaine

Il fut ermite en Egypte, et on le connait surtout par les apophtègmes des pères du desert qui citent quelques-unes de ses "paroles".

"Abba Ammon de Rhaitou interrogea abba Sisoès: "Lorsque je lis l'Ecriture, mon esprit met tout son soin aux mots, afin que j'aie quelque chose à dire si on m'interroge." Le vieillard lui dit: "Ce n'est pas nécessaire; il vaut mieux acquérir pour toi-même, par la pureté de l'esprit, et d'être sans souci et de parler."

"Un frère qui avait été offensé par un autre vint chez l'abbé Sisoès et, lui exposant le genre d'offense, ajoutait: " Je veux me venger." Or l'ancien le suppliait de laisser à Dieu la vengeance. Mais lui: " Je ne céderai pas, dit-il, tant que je ne me serai pas vengé fortement." Alors l'ancien: "Pour que tu décides cela une bonne fois, au moins prions." Et se levant, l'ancien se mit à prier: "Dieu, nous n'avons plus besoin que tu te soucies de nous, car nous-mêmes, comme le dit ce frère, nous voulons et nous pouvons nous venger." Ayant entendu cela, le frère tomba aux pieds de l'ancien et demanda pardon, promettant de ne plus se disputer avec le frère envers qui il était en colère."

  Ste Godelive (+1070)

icône contemporaine

Son histoire, même si elle est triste, à toute raison d'être vraie. Elle naquit à Saint-Omer en Artois. Elle avait dix-huit ans lorsqu'elle épousa Bertholf, le seigneur de Ghistelles. Elle était bonne, jolie et douce, ce qui n'empêcha pas sa belle-mère de la haïr bientôt et son mari de décider de la faire disparaître. Ils la firent enfermer dans un cachot quelque temps après le mariage, mais elle réussit à s'enfuir et à revenir au château paternel. Son père, par souci de conscience, porta cette séparation devant l'évêque de Tournai qui exigea que les époux reprennent la vie commune. Godeliève lui obéit et revint chez Bertholf qui la fit jeter dans un étang par deux valets, quelques jours après son retour. Le comte de Flandre se soucia peu de cet assassinat, il avait d'autres soucis avec ses seigneurs pour ne pas y ajouter celui-là.

  Jan Hus (1369-1415)

Né dans un village du sud-ouest de la Bohème, il est ordonné prêtre en 1400. Il ressentit avec force la nécessité de réformer les moeurs du clergé de son époque. Ancrant profondement sa spiritualité dans la Bible, il cherche à enseigner les gens simples, tout en stigmatisant les puissants, en particulier la hiérarchie catholique. La plus lourde accusation qu'il adressait aux clercs était précisémenent d'obscurcir aux yeux des fidèles l'image simple et vitale de ce Jésus humble, pauvre, souffrant et miséricordieux dont parlent les Evangiles. Dans son aspiration à la Réforme, Jan Hus s'approcha beaucoup des positions théologiques de Wycliff, condamnées trente ans plus tôt en Angleterre, ce qui précipita sa situation jusqu'à le mener à l'excommunication en 1412 et à la condamnation à mort en 1415. Il est consédéré comme un précurseur de la Réforme protestante, qui eu lieu un siècle plus tard. En 1997, à l'occasion de son voyage à Prague, le pape Jean-Paul II a réhabilité Jan Hus, en demandant pardon pour les fautes de l'Eglise catholique à son égard.

  Ste Maria Goretti (1890-1902)

icône contemporaine

Marietta est née au village de Corinaldo en Italie, dans un univers frappé de plein fouet par la crise économique. Elle est l'aînée de six enfants et, de ce fait, reçoit très jeune de lourdes responsabilités. Elle les assume avec sérénité et piété afin de permettre à ses parents d'assurer la subsistance de la famille. Malgré l'exil dans une métairie des Marais Pontins, la mort précoce du père et une promiscuité difficile, Marietta, à 12 ans, rayonne par sa vie intérieure. Toute à l'ardeur de sa première communion, elle subit le harcèlement du jeune Alessandro Serenelli qui vit sous le même toit et veut abuser d'elle. Elle résiste. Le garçon insiste. Le 5 juillet 1902, il s'est armé d'un couteau. Marietta ne cède pas " C'est un péché, Alessandro !". Le garçon perd la tête. Frappée de quatorze coups de couteau, Marietta mourra le lendemain dans de grandes souffrances en ayant pardonné à son meurtrier. Alessandro se convertira en prison. Quarante-cinq ans après la mort de Marietta, il assistera à son procès de béatification avant de finir ses jours comme jardinier dans un monastère franciscain.

jour précédent jour suivant