25 juillet

(7 références)

 

  Dormition de Ste Anne

icône contemporaine

Après avoir donné naissance à la Mère de Dieu, qui avait été établie par Dieu comme le sommet de la Sainteté humaine, seule assez pure pour recevoir en elle le Sauveur du monde, et après avoir placé l'enfant dans le Temple, à l'âge de trois ans, telle une offrande pure et immaculée, Saint Anne passa le reste de sa vie dans le jeûne, la prière et les oeuvres de miséricorde, attendant l'accomplissement des promesses divines. Elle remit en paix son âme à Dieu à l'âge de soixante-neuf ans. Saint Joachim, lui, mourut à l'âge de quatre-vingts ans; mais l'on ignore lequel des deux décéda le premier. La seule chose que la Tradition de l'Église nous ait transmise est que la toute Sainte Mère de Dieu se trouva privée de ses parents à l'âge de onze ans, alors qu'elle était encore dans le Temple.

(texte de "invites.maison-russie.com")

  St Jacques le Majeur (1er siècle)

icône contemporaine

St Jacques le majeur était fils de Zébédée et frère de saint Jean. Ils étaient pêcheurs sur le lac de Tibériade, compagnons de Simon et d'André. Ils étaient dans la barque de leur père et réparaient les filets quand Jésus, passant sur le rivage, leur dit :"Suivez-moi." Ils le suivirent. Avec Pierre, Jacques et Jean seront les plus proches des apôtres de Jésus. Ils sont à la Transfiguration, ils entrent auprès de la petite fille de Jaïre. Ils seront au jardin des Oliviers. Jacques, comme Jean, désire la première place auprès du Maître (Marc 10. 37). Il y gagnera l'annonce de son martyre : "Ma coupe, vous la boirez."
Jacques but la coupe du Seigneur en l'an 43, lors de la persécution d'Hérode. Etienne avait eu la place de premier martyr. Jacques le suivit de peu.

 St Christophe (IIIème siècle)

icône d'élève

Martyr, son culte est attesté dès le 5ème siècle en Bithynie, où une basilique lui fut dédiée. Son nom qui signifie "porte-Christ" l'a désigné comme protecteur de tous ceux qui utilisent des moyens de transport.
Une belle histoire le fait passeur d'un enfant au bord d'un torrent furieux, d'un enfant devenu si lourd que Christophe découvrit qu'il s'agissait de Jésus, celui qui a créé le monde.

 

  Ste Olympias (+408)

icône contemporaine

Née à Constantinople, elle connut st Grégoire le théologien et st Grégoire de Nysse. Après la mort de son époux, préfet de Constantinople, elle refusa un second mariage et consacra son immense fortune à édifier des hôpitaux pour les malades, des hôtelleries pour les pauvres et des monastères pour les religieuses. Elle-même vivait très pauvrement. Ordonnée diaconesse, elle fut la conseillère du patriarche st Nectaire puis de st Jean Chrysostome qu'elle défendit au moment de son exil. Ce qui lui valut de lourdes amendes et, comme son patriarche, une condamnation à l'exil qu'elle endura avec foi et patience. Sont parvenues jusqu'à nos jours plusieurs lettres que st Jean Chrysostome lui adressa à cette époque. Elle mourut en exil, à Nicomédie.

  Ste Glossinde (+608)

Ste Glossinde était la fille du duc Wintron et de son épouse Godile. Contre son désir de se consacrer à Dieu, ses parents la destinent au mariage. Son premier prétendant ayant été arrêté puis condamné à mort, ses parents lui en présentent un nouveau, mais cette fois elle s’enfuit et part se réfugier à l’église Saint-Etienne de Metz. Après une dernière tentative de ses parents pour la faire changer d’avis, elle rentre finalement à Metz, où elle fonde un monastère sur des terres qui lui sont allouées par ses parents, et les religieuses affluent en grand nombre. Glossinde les place sous la Règle de St Benoît et devient leur abbesse. Née au ciel avant 30 ans, elle laissa le souvenir d'une grande sagesse, d'une humilité profonde et d'un total désintéressement.

 Bx Ángel Darío Acosta Zurita (1908-1931)

portrait

Ángel Darío Acosta Zurita naît le 13 décembre 1908 à Naolinco, dans le diocèse et l’État de Veracruz, au Mexique. Sa famille mène une vie simple et chrétienne, mais après la mort du père, elle est confrontée à une pauvreté extrême. Dès sa jeunesse, Darío connaît des conditions difficiles et il doit aider sa mère et ses quatre frères. Cependant, malgré ces difficultés, il parvient à entrer au séminaire. Là, il est fort apprécié et par ses supérieurs et par ses camarades. C’est aussi un excellent sportif, athlétique, capitaine de foot pendant plusieurs années. Il est ordonné prêtre le 25 avril 1931 et célèbre sa première messe avec une grande émotion à Veracruz le 24 mai suivant. Le 26 mai, il est nommé vicaire dans la paroisse d’Asunción à Veracruz. Il se distingue par sa ferveur et sa bonté. Il marque un grand intérêt pour le catéchisme des enfants et se dévoue au sacrement de pénitence. Dans ses prédications il aime à dire : « La croix est notre force dans la vie, notre consolation dans la mort, notre gloire dans l'éternité. En faisant tout par amour pour le Christ crucifié, tout sera plus facile pour nous. S’il a souffert beaucoup pour nous, il est nécessaire que nous souffrions aussi pour Lui. » La même année (1931), le gouverneur de Veracruz Adalberto Tejeda promulgue un décret appelé ‘loi Tejeda’ visant à réduire le nombre des prêtres en service car il veut mettre fin au “fanatisme du peuple” ; disposition assortie d’une menace de mort pour les contrevenants. Il en envoie un exemplaire à chaque prêtre. L’abbé Acosta le reçoit le 21 juillet. Il est conscient du danger qu’il court mais il fait preuve comme toujours d’une grande tranquillité et d’une gaieté sereine. La loi doit entrer en application le 25 juillet. Or ce jour-là, par une après-midi pluvieuse, les enfants se sont pressés comme d’habitude pour le catéchisme et des adultes attendent pour se confesser. L’église est bondée. A 18h10, des hommes revêtus d’habits militaires font irruption dans l’église en pénétrant simultanément par trois portes et, sans préavis, dans l’affolement général, ils ouvrent le feu sur les prêtres qui sont là. L’un est grièvement blessé, un autre en réchappe, protégé par la chaire. Quant à l’abbé Darío, on lui tire dessus alors qu’il sort du baptistère. Il meurt en s’exclamant « Jésus ! » Il était prêtre depuis exactement trois mois.

  swami Ramdas (1884-1963)

« Vous pouvez appelez Dieu par le nom que vous aimez, mais la vérité est toujours la même. »

« Le but de la perfection est une vie libre et dégagée de toute servitude, une vie que ne peuvent entraver aucune circonstance, aucune condition. »

Vittal Rao est né dans une famille de Sarasvati, caste libérale et intellectuelle dans le sud de l'Inde. Il entreprend des études, mais découvre bien vite qu'il n'est pas fait pour l'école. Il décroche cependant un diplôme d'ingénieur textile. A partir de 1919, il alterne les périodes de travail dans les usines de tissage et les périodes de méditation. Alors que sa femme et sa fille sont malades, par sa prière, Swâmi Râmdâs les guérit. Ce premier 'miracle' l'impressionne fortement. Il étudie alors les grands enseignements religieux. Son père l'initie au mantra de Rama (le chant répétitif en l'honneur du Dieu). En 1922, 'le serviteur de Ram' décide de partir faire un pélérinage. Son voyage le mènera aux quatre coins de l'Inde durant trois ans. A son retour, il fonde un Ashram près d'Hosdrug, afin de recevoir les pélerins. En 1954, il entreprend un voyage autour du monde, accompagné de ses disciples. Il s'éteint en 1963, après avoir fait rayonner son amour du dieu Rama. En parcourant lout le pays, en montant dans des trains sans en savoir la destination, en rencontrant tous les spécimens d'humanité, en séjournant dans des cavernes, dans la jungle (où les bêtes sauvages l'épargnent), en escaladant des montagnes, en visitant les sanctuaires, en fréquentant de saints personnages, en jeûnant des jours durant, en vivant d'exceptionnelles expériences, dont la vision du Christ, en répétant sans cesse le mantra de Râm et en s'abandonnant à Sa volonté, affranchi de toutes les institutions et de tous les conditionnements, Râmdâs offre l'exemple d'une étonnante ascèse (sâdhanâ), celle de l'homme qui, ayant renoncé à son moi, reconnaît en tous regards celui du Bien-Aimé, et, immergé dans l'Esprit de Dieu, devient « libéré-vivant ». Toujours satisfait, pur et joyeux, il n'y a plus pour lui désormais que la seule pensée du seul Bien-Aimé auquel il s'abandonne. Sa vie est toute de consécration. Inoffensif, humble, disponible, candide, il est également capable de répondre aux plus ardues questions de métaphysique. Mais quel ressort déclenche la mise en marche du pèlerinage intérieur ? Le plus simple de tous l'inlassable répétition d'un mantra contenant un Nom divin. Dans le cas de Râmdâs, celui de Râma. La toute-puissance du Nom libère le mental de toutes ses passions, aide l'homme à traverser les tourbillons de l'existence ; elle rend invincible, transforme la peine en joie, la mort en immortalité. Le Nom n'est jamais pris en vain par personne. Tout être peut entrer en communion avec Dieu par la « musique de son Nom ». Héritier de Râmakrishna et de Vivekânanda, Swâmi Râmdâs considère que toutes les religions mènent à Dieu, et que tous les Noms divins produisent les mêmes effets. Mais il se libère des dogmes et des rites, des coutumes, des églises – ce qui ne concerne pas forcément tous les chercheurs de vérité. Râmdâs croit en outre à la rencontre de l'Orient et de l'Occident, à la fraternité universelle, car l'humanité est une. Telle se présente la sagesse claire, transparente, sans prétention, accessible à tous, qu'enseigna le petit homme édenté, qui riait et sautait de joie comme un enfant ; mais une sagesse capable, outre sa simplicité, et peut-être grâce à elle, de faire atteindre au plus haut sommet. Il n'est qu'un secret pour cela, selon lui, devenir feuille, être feuille, mais feuille se laissant rouler par le vent sans la moindre résistance, rouler et emporter sur les chemins de la vie.

jour précédent jour suivant