18 janvier

(3 références)

 

Ouverture de la Semaine de Prière pour l'Unité

Thème de cette année 2019 :

« Tu rechercheras la justice, rien que la justice »

(Texte biblique de référence : Deutéronome 16,11-20)

 


La Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens 2019 a été préparée par les chrétiens d’Indonésie. Avec une population de 265 millions d’habitants, dont on estime que 86% sont musulmans, l’Indonésie est reconnue comme le pays à plus forte population musulmane. On compte toutefois environ 10% d’Indonésiens chrétiens de traditions diverses. Sur les plans tant de sa population que de sa superficie, l’Indonésie est le plus important État d’Asie du Sud-Est. Il comprend plus de 17.000 îles, 1.340 groupes ethniques distincts et plus de 740 langues locales mais, dans ce pluralisme, il est pourtant uni par une langue nationale unique, le bahasa indonesia. L’État est fondé sur cinq principes, appelés Pancasila, et sur la devise : Bhineka Tunggal Ika (L’Unité dans la Diversité). À travers leur diversité ethnique, linguistique et religieuse, les Indonésiens pratiquent le principe du gotong royong, c’est-à-dire une vie de solidarité et de collaboration. Cela signifie que l’on partage tous les aspects de la vie, le travail, les peines et les joies, et que l’on considère tous les Indonésiens comme des frères et sœurs.


Cette harmonie toujours fragile est actuellement confrontée à de nouvelles menaces. Une part importante de la croissance économique indonésienne des dernières décennies résultait d’un système centré sur la compétition, ce qui contraste de façon saisissante avec le principe de collaboration du gotong royong. La corruption se traduit de multiples façons. Elle touche la politique et le monde des affaires, avec des conséquences souvent désastreuses sur l’environnement. Elle influence tout spécialement la justice et la mise en œuvre des lois. Les chrétiens d’Indonésie, touchés par ces questions, ont estimé que la parole du Deutéronome, « Tu rechercheras la justice, rien que la justice... » (cf. Dt 16,18-20), rendait bien compte de leur situation et de leurs besoins. Avant d’entrer dans la terre que Dieu lui avait promise, le Peuple de Dieu renouvelle son engagement envers l’Alliance que Dieu a conclue avec lui.

 St Athanase d'Alexandrie (295-375)

icône grecque contemporaine

 

St Athanase fut le grand défenseur de l'Orthodoxie face à l'hérésie arienne, qui niait la divinité du Christ. Alors qu'il n'était encore que le secretaire de l'évêque Alexandre, il participa activement au concile de Nicée en contribuant à la condamnation d'Arius, et à la formulation des dogmes de l'Incarnation et de la Trinité. Devenu lui-même évêque d'Alexandrie (328), il sera en butte à la persécution de la part des ariens résistants et du pouvoir impérial qui aurait souhaité plus de souplesse, pour mettre tout le monde d'accord... Sur les 45 ans de que dura son épiscopat, il en passa 17 en exil.

 

 St Cyrille d'Alexandrie (380-444)

icône contemporaine

 

Cette fois c'est contre l'hérésie nestorienne que lutta cet autre grand évêque d'Alexandrie. Les partisans de Nestorius niant la véritable Incarnation du Christ, et refusant donc le titre de "Mère de Dieu" à la Vierge Marie.

St Cyrille fut ainsi l'âme du Concile d'Ephèse (431).

 

 

 St Del (+ 625)

 

Frère aîné de St Gall, il voit le jour en Irlande et devient très jeune un disciple de St Colomban. Il accompagne ensuite ce dernier en Est-Anglie, puis en France, et passe plus de vingt ans à l’abbaye de Luxeuil (Haute-Saône). En 610, les troubles qui agitent la famille royale le forcent à quitter le monastère. Il erre pendant quelque temps dans la région et s’arrête finalement dans la région de Lure, sur un domaine où se trouve une chapelle consacrée à St Martin. Grâce à la générosité de la propriétaire du terrain, veuve du seigneur Werfaire, Del y fonde un nouveau monastère (la future abbaye de Lure), dont il devient l’abbé. Lorsque la communauté devient assez importante, elle est placée sous la Règle de Saint-Colomban. Vers la fin de sa vie, Del abandonne la charge de son abbaye à son disciple Colombin et se retire dans la solitude.

St Del était d'une extraordinaire gaieté : "C'est parce que le Dieu que je possède, personne ne pourra me le ravir."

jour précédent jour suivant