6 décembre

(2 références)

 

St Nicolas de Myre (IVe siècle)

icône contemporaine

Nicolas est un saint particulièrement populaire en Orient comme en Occident. Attentif aux plus humbles, on n'a cessé de célébrer sa bonté par des histoires pleines de tendresse et de merveilleux. Il était évêque de Myre au IVe siècle, et sa renommée en Occident ne fit que grandir lors du transfert de ses reliques à Bari au XIe siècle.

 

Raoul Follereau (1903-1977)

D'une maturité plus que précoce, il se distingue dès l'âge de 15 ans par ses qualités littéraires et sa conscience des autres. « Vivre, c'est aider les autres à vivre » s'écrie le jeune poète qui a déjà compris que « le seul moyen d'assurer son bonheur, c'est d'assurer celui d'autrui ». Un rêve que l'adolescent ne tarde pas à concrétiser puisqu'il fonde la « Jeune Académie » puis « l'Union Latine » qui permettent à plus de 300 poètes, auteurs et interprètes de concrétiser leur rêve. Suscitant l'admiration d'un journaliste argentin qui lui propose de suivre les traces du père Foucauld à Tamanrasset, Raoul Follereau se rend en Afrique et découvre ainsi l'existence des lépreux. Eprouvé par le spectacle douloureux de l'exclusion, de la misère et de la maladie, il n'a désormais qu'un seul dessein : œuvrer en faveur des lépreux du monde entier. Soutenu par une canne, il fera trente fois le tour du monde en compagnie de sa compagne de cœur et de « combat », pour dénicher les exclus de la lèpre partout où ils se trouvent. En messager de l'Amour et à la suite du Christ, il serre tendrement leurs mains. « Je ne pouvais pas les soigner mais je pouvais les aimer » dira-t-il simplement. Mais c'est aussi en orateur d'exception qu'il donne plus de 1200 conférences plaidant leur cause et défiant l'engrenage de l'exclusion. Bouleversant son auditoire, il provoque un immense élan de solidarité recueillant ainsi les fonds nécessaires à la construction d'un premier village pour lépreux, lequel abrite aujourd'hui l'Institut National de la Lèpre de Côte d'Ivoire. Aujourd'hui, de nombreuses associations dont celle qu'il avait fondée luttent contre la lèpre et contre toutes ces autres lèpres « mille fois plus contagieuses que sont l'inconscience, l'égoïsme et la lâcheté ». « Le trésor que je vous laisse, c'est le bien que je n'ai pas fait » dira enfin cet Apôtre du Christ venu dénoncer le manque d'Amour et prôner le don de soi comme unique remède à l'injustice.

jour précédent jour suivant