6 avril

(2 références)

 

 St Notker le Bègue (v. 840-912)

enluminure médiévale

Notker naît vers 840 dans une famille aisée, probablement à Jonschwil, sur la Thur, au sud de Wil, dans l'actuel canton de Saint-Gall (Elgg est également évoqué par certaines sources. Il étudie à l'école monastique de Saint-Gall, où enseignent Iso et Moengall (ancien abbé de Bangor dont il commente les textes). Il y devient l'ami de Tuotilo. Moine, il y devient un professeur de renom et rédige son œuvre littéraire presque entièrement entre 880 et 888. Il est également cité comme bibliothécaire en 890 et comme maître d'hôtes de 892 à 894. Ekkehard IV, biographe des moines de Saint-Gall, fait son éloge et le dit "délicat de corps mais pas d'esprit, hésitant par la langue mais pas par l'esprit, avançant avec courage dans les domaines du divin, instrument du Saint Esprit sans égal en son temps.

St Grégoire le Sinaïte (+1346)

Né dans une famille aisée non loin de Smyrne, il fut capturé avec d'autres chrétiens par les Turcs Seljoucides qui ravageaient alors toute l'Asie Mineure. Ayant réussi à payer leur rançon grâce à des chrétiens amis, ils furent libérés et saint Grégoire se rendit à Chypre, puis au Sinaï pour y trouver la solitude qui rapproche de la présence de Dieu. La jalousie s'installant entre les moines, il préféra quitter le monastère de Sainte-Catherine plutôt que de briser l'unité. Après un pèlerinage en Terre Sainte, il trouva une grotte pour se retirer dans l'île de Crète. Il préféra finalement le Mont-Athos au monastère de Philotheou, où il put pratiquer l'hésychia et la prière contemplative. Ses écrits spirituels forment d'ailleurs une partie fondamentale de la "Philocalie". De nouvelles invasions des Turcs le mirent dans l'obligation de quitter quelque temps la Sainte Montagne. Durant les dernières années de sa vie de nombreux disciples rayonnèrent sa spiritualité. Ils étaient Grecs, Bulgares, Serbes, Roumains. Ils s'appelaient saint Cyprien de Kiev et saint Euthyme de Tirnovo. On peut dire que saint Grégoire le Sinaïte est la source de ce vaste mouvement hésychaste que Byzance allait bientôt léguer au monde slave comme son héritage le plus précieux.

jour précédent jour suivant