29 avril

(4 références)

 

St Hugues de Cluny (+ 1109)

Fils aîné Dalmace Ier, comte de Semur (Bourgogne) et d’Aremberge de Vergy, son père souhaite qu’il devienne chevalier ; cependant, un prêtre des lieux vient informer sa mère d’une vision qu’il a reçue et qui prédit que Hugues est destiné à la vie religieuse. Son père l’envoie alors chez son grand-oncle Hugues, l’évêque d’Auxerre, pour qu’il y soit éduqué. Il entre ensuite chez les moines de Cluny à 15 ans sous la direction de St Odilon. Dix ans après il en était le Père Abbé et il fut l'un des artisans les plus dynamiques de la réforme monastique. Malgré sa grande influence auprès de l'empereur, ce fut en vain qu'il tenta de le réconcilier avec le Pape Grégoire VII après l'affaire de Canossa. Il participa à de nombreux conciles régionaux et à de nombreux synodes diocésains, en particulier dans le midi de la France. Il appuya la reconquête de l'Espagne par le roi Alphonse VI de Castille. Il porta à son apogée le rayonnement spirituel de Cluny et c'est lui qui entreprit la construction de la troisième basilique.

Ste Catherine de Sienne (1347-1380)

icône contemporaine

Catherine Benincasa naquit à Sienne en 1347, vingt- quatrième de vingt-cinq enfants. Toute petite, elle nourrissait un attrait particulier pour la vie intérieure ; à quinze ans, elle se fit tertiaire dominicaine, attirée par l’activité caritative à l’égard des pauvres et des malades. Son amour pour le Christ, alimenté par un constant dialogue intérieur, et la radicalité de la vie évangélique qu’elle menait, lui attirèrent un petit cénacle de disciples, qui la suivirent partout pour prendre part à ses dons et à son ministère. Catherine voua toute sa vie à la cause de la paix et de l’unité, oeuvrant – fait tout à fait inhabituel pour une jeune femme de son temps – pour la réconciliation des cités en lutte et pour la réforme de l’Église, affligée par la corruption et le schisme. Catherine visita les pauvres pour leur apporter du réconfort et les puissants pour leur montrer la voie de la réconciliation qu’exige l’Évangile. Elle entretint une vaste correspondance, grâce à laquelle elle étendait ses conseils spirituels à tous ceux qui lui demandaient une parole ; elle laissa un cantique d’amour d’une rare beauté dans son Dialogue sur la divine Providence. Catherine fut proclamée docteur de l’Église par Paul VI en 1968, titre que l’Église d’Angleterre lui reconnaît aussi.

St Basile d'Ostrog (+ 1671)

icône contemporaine

Il naquit de parents pauvres dans un village d'Herzégovine. Ses parents lui apprirent la charité envers les plus pauvres que lui et une vie spirituelle profondément ancrée dans la sainte liturgie. Devenu moine, il eut à défendre la foi orthodoxe contre les pressions des Turcs et contre la propagande latine des Pères jésuites. Il eut surtout à affronter la haine des chrétiens devenus musulmans plus que celles des chrétiens attachés à Rome. Il s'éloigna d'abord en Russie puis au Mont-Athos, pour apaiser ceux qui cherchaient à le tuer. A la mort du métropolite d'Herzégovine, il fut désigné pour le remplacer. L'oppression turque redoublait de vigueur contre les Serbes qui voyaient leurs églises, leurs monastères et même leurs maisons dévastés. Il se retira pendant quinze années à Ostrog pour continuer à fortifier son peuple. Il s'endormit en paix, ayant tenu à temps et à contre-temps, avec la patience des saints.

  St Stanko (+1712)

icône contemporaine

Il n'était qu'un enfant qui gardait ses moutons dans la région de Nikchitch au Montenegro. Il fut tué en haine de la foi par des Turcs.

 

 


jour précédent jour suivant