18 avril

(3 références)

 

Ste Athanasie (+860)

fresque contemporaine

Originaire de la petite île d'Egine en Grèce, elle aspirait à la vie religieuse et elle fut contrainte de se marier deux fois. Son premier époux était riche et de bonne conduite. Elle fit bon ménage avec lui jusqu'au jour où il fut tué en défendant le port d'Egine dont les Maures d'Espagne tentaient de s'emparer. La loi obligeait les jeunes veuves à se remarier car la guerre dépeuplait le pays. Son nouvel époux était aussi bon que le premier. Comme elle, il aimait les pauvres. Lui restait à la maison, distribuant nourriture, vêtements et médicaments. Elle chevauchait un âne, parcourant le pays à la recherche des impotents et des pauvres honteux. Devenus vieux, lui, quitta l'île pour entrer dans un monastère où il mourut quelques mois plus tard. Elle ouvrit leur grande maison pour y installer une communauté de religieuses.

St Idesbald (1100-1167)

 

Issu d’une famille de la noblesse flamande, Idesbald fréquente la cour des comtes de Flandres. En 1135, il devient chanoine de Sainte-Walburge à Furnes. En 1150, il quitte sa charge pour prendre l’habit cistercien à l’abbaye Notre-Dame des Dunes, dont il devient l’abbé en 1155.

Le 13 novembre 1623, des moines découvrirent sous les ruines de la salle capitulaire de l’abbaye détruite une caisse en plomb abritant le corps intact d’ Idesbald. Cette découverte marqua le début d’une profonde dévotion à l’abbé Idesbald sur toute cette partie de la côte.


Bse Marie de l'Incarnation (Mme Acarie) (1566-1618)

Barbe Avrillot était fille d'un conseiller du Roi et, pour obéir à ses parents, elle épouse Pierre Acarie, maître des comptes, certainement très pieux mais d'humeur contrariante. Elle lui donnera six enfants. Elle sera une épouse parfaite, paisible et joyeuse. Elle a un charme extrême qui fait d'elle une exquise dame de la haute société. Elle a une vie intérieure intense: " Trop est avare à qui Dieu ne suffit." Son rayonnement spirituel est grand et son salon devient le rendez-vous des universitaires de l'époque et des grands hommes d'Eglise. Elle contribue à l'installation des Ursulines et à celle des Prêtres de l'Oratoire. Surtout, séduite par la lecture de sainte Thérèse d'Avila, elle introduit en France le Carmel réformé, projet approuvé par saint François de Sales et par Bérulle. A la mort de son mari bien-aimé, ayant établi ses enfants, elle entre au Carmel d'Amiens où elle est Marie de l'Incarnation, simple soeur converse dont l'obéissance et la charité sont admirables. Transférée au Carmel de Pontoise, elle rentre dans la paix de ce Dieu qui tant lui suffisait.

jour précédent jour suivant