3 août

(3 références)

 

  St Nicodème (1er siècle)

 

De tous les pharisiens, docteurs de la Loi et membres du Grand Conseil, le Sanhédrin, c'est l'un de ceux qui inspirent le respect et l'amitié. Dès que Jésus parut, il vit en lui " un envoyé de Dieu". (Jean 3. 1 à 15) Il est encore craintif, mais sa foi est si grande que le Christ lui révèle les splendeurs de la nouvelle naissance par la grâce du Baptême. Il a le courage quelques mois plus tard de défendre publiquement le Seigneur devant le Sanhédrin :" Peut-on condamner un homme sans l'avoir entendu ?" Grâce à lui et à son ami Joseph d'Arimathie, le corps du Seigneur ne sera pas jeté dans la fosse commune des malfaiteurs et, pour l'embaumer, ils achètent ensemble cent livres de myrrhe et d'aloès, en l'attente de la résurrection trois jours plus tard.

 


  Ste Salomé (1er siècle)

icône contemporaine

Epouse de Zébédée, un des patrons pêcheurs de Bethsaïde, mère des apôtres Jacques et Jean, elle était de celles «qui suivaient Jésus et le servaient». Elle avait mis en avant ses deux fils pour qu'ils soient de chaque côté du Messie (Matthieu 20. 17 à 28) aux meilleures places dans le Royaume. Au jour de la Passion, elle était au pied de la Croix. Elle fut aussi de celles qui achetèrent des aromates pour embaumer le corps du Christ et qui le dimanche matin de Pâques trouvèrent le tombeau vide.
Elle cherchait peut-être la meilleure place pour ses enfants, quelle mère n'en ferait pas autant? mais elle sut aussi venir à l'aube du matin de Pâques, alors que ses enfants n'y étaient point, et c'était pour Jésus.

  St Bennon (+940)

Fils d’un couple fortuné de la Souabe (Allemagne), il décide de quitter sa famille pour entrer comme chanoine à la cathédrale de Strasbourg. Mais il aspire à davantage de solitude et décide donc de partir pour le Mont Etzel, au canton de Schwyz (Suisse), où il s’installe dans l’ermitage qui avait auparavant été occupé par St Meinrad. Il attire rapidement des disciples et une importante communauté se constitue, sur des terres qui lui sont offertes par Adalbéron, l’évêque de Bâle. En 925, Bennon est appelé par l’empereur Henri l’Oiseleur pour occuper la charge d’évêque de la ville de Metz. Cependant, le peuple est très en colère contre ce choix, qui a été opéré au détriment du prétendant naturel local. Malgré tous ses efforts pour se faire accepter de son troupeau, Bennon ne réussit pas à vaincre l’hostilité à son égard. Il est d’ailleurs victime d’un acte de barbarie perpétré par un groupe de citoyens qui lui mutilent cruellement les yeux. Devenu aveugle, il abandonne sa charge et rejoint son ancienne communauté où il termine ses jours entouré des soins de ses compagnons. Le lieu de son ermitage s’est ensuite développé pour devenir l’abbaye d’Einsiedlen.

jour précédent jour suivant