21 août

(4 références)

 

  St Thaddée (1er siècle)

icône contemporaine

Le Saint Apôtre Thaddée était originaire de la ville d'Édesse en Osroène, d'une famille juive dont il avait reçu une connaissance accomplie de la Sainte Écriture. Il se rendit en pèlerinage à Jérusalem et, ayant entendu Saint Jean Baptiste prêcher le repentir, plein d'enthousiasme pour son mode de vie angélique, il se fit baptiser par lui. Quelque temps après il rencontra le Seigneur Jésus-Christ. Les miracles étonnants qu'Il accomplissait et son enseignement lui donnèrent la conviction qu'Il était le Sauveur annoncé par Jean et par les Prophètes, aussi se joignit-il à ses disciples et il suivit Jésus jusqu'à Sa Passion vivifiante. Conformément à la promesse que le Seigneur avait faite au roi Abgar, qui l'avait invité à venir le guérir, après l'Ascension, Il envoya Thaddée à Édesse, pour baptiser le roi et le guérir complètement de sa lèpre. L'Apôtre catéchisa et baptisa beaucoup d'autres habitants de ce royaume, qui fut le premier État à se déclarer Chrétien. Il y fit édifier de nombreuses Eglises, puis continua sa mission et annonça la Bonne Nouvelle dans d'autres villes de Syrie et, selon certains, de Mésopotamie. Parvenu à Béryte, en Phénicie, il y baptisa un grand nombre de païens, avant de remettre en paix son âme à Dieu, recevant le salaire de l'intendant fidèle de Sa grâce. Les reliques de Saint Thadée furent transférées à Constantinople, avec celles de l'Apôtre André, par Saint Artémios, en 377. (cf. http://monastere-orthodoxe.chez-alice.fr)

  St Privat (IIIème siècle)

Privat de Mende est né vraisemblablement près de Clairmont, et serait mort vers 255 ou 260. Il est connu pour son martyre sur les versants du Mont Mimat à Mende en Gévaudan. Son ermitage est un lieu de pèlerinage, qui fut très populaire au Moyen Âge. La date de sa mort est cependant contestée, certains avançant parfois le Ve siècle, mais grand nombre d'écrits tendent à prouver que la date du IIIe siècle est la plus probable.

Il fait partie des grands saints des Gaules, avec Denis de Paris, Saturnin de Toulouse, Martial de Limoges, Martin de Tours, Ferréol de Vienne et Julien de Brioude.

  St Sidoine Apollinaire (Vème siècle)

Vitrail, Cathédrale de Clermont-Ferrand, XIIIème

Evêque de Clermont, il est le dernier écrivain romain classique. Né à Lyon, il avait une statue sur le Forum de Rome dont il fut le préfet. Il était également le poète officiel de la cour impériale. Il connut huit empereurs, mais aucun ne l'entraîna dans sa disgrâce car il savait s'engager et se dégager. Après l'assassinat de l'empereur Majorien, il se retire prudemment dans son domaine d'Auvergne avec sa femme et ses deux fils, chassant pêchant, écrivant des poèmes. Ce furent les cinq plus belles années de sa vie. Mais tout changea quand les Wisigoths se ruèrent sur Clermont Ferrand dont il était devenu à la fois gouverneur et évêque. Le siège dura quatre ans et, lui, le raffiné, dut manger des chats et ensuite s'entendre "avec ces géants grossiers dont l'haleine pue l'ail et l'oignon des ragoûts qu'ils mangent dès le matin." Il est un pasteur exemplaire, donne son mobilier que sa femme rachète sur le marché, ce qui permet à saint Sidoine de les donner à nouveau. Les souffrances et la tristesse le font mourir prématurément.

  St Abraham de Smolensk (+ 1222)

icône contemporaine

Homme d'une grande intelligence, il entra dans la vie monastique pour y mener une vie ascétique des plus rigoureuses. Il rédigea des homélies et des recueils destinés à l'édification spirituelle des fidèles. Certains de ses frères moines en prirent ombrage et il dut se retirer au monastère de la Sainte-Croix de Smolensk. Il mourut en paix au terme de cinquante années d'une humble vie toute donnée à Dieu.

 

 



jour précédent jour suivant