accueil

galeries

nouvelles icônes

icônes disponibles

étapes création 

expositions

commandes

cours ateliers

conférences

réflexions

 liens

boutique

présentation personnelle

 contact

icône disponible

John de Mtemwa

2016

20 x 15 cm

Héros de guerre, musicien, poète, mystique et martyr, c'est l'une des figures les plus attachantes de sainteté du XXe siècle dont le procès de béatification vient de s'ouvrir. Né en 1921 en Angleterre, fils de clergyman anglican, John Bradburne est un véritable personnage de roman. Jeune excentrique qui passe une partie de sa jeunesse dans les arbres, il sera un héros de la Seconde Guerre mondiale (il combattra en Asie). À son retour, il se convertit au catholicisme et cherche sa voie à travers monastères et couvents avant de la trouver : il sera vagabond de Dieu, disciple de st François, bouffon du Christ et troubadour de la Vierge Marie ! Il se lance sur les routes d'Europe et de Terre sainte, ermite ou SDF, et pratique des dizaines de métiers, tour à tour maître d'école, fossoyeur, maçon, vendeur, sacristain, éboueur, présentateur de télévision, comédien ou gardien. Puis il part en Afrique (Rhodésie) et y découvre, en 1969, Mtemwa, un lieu sinistre où une centaine de lépreux attendent la mort. Il décide de vivre avec eux et se fait infirmier, gestionnaire, cuisinier, confident, et même croque-mort. Mtemwa devient une oasis de paix, de foi et de joie. Quand le centre est pris dans la tourmente de la guerre civile, John défend ses amis lépreux contre tous. Rejeté par les Blancs comme par les Noirs, il est kidnappé et assassiné le 5 septembre 1979. Depuis son martyre, son culte se répand et les miracles fleurissent. Musicien et surtout poète, le plus grand de langue anglaise du XXe siècle par l'ampleur de son oeuvre, John Bradburne a vécu une étonnante aventure spirituelle. Son itinéraire montre que la recherche de Dieu peut remplir et combler une vie d'homme, et plus encore.

"un homme remarquable, mais certes étrange. C'était un catholique qui ne le cachait pas. Oui, il faisait le fou mais il ne l'était pas du tout, c'était une façon de déguiser sa vie spirituelle profonde et sa sainteté, en chantant dans les rues ou en jouant de la flûte ...." (sr Camillia)