3 septembre

(9 références)

 

  Ste Phébé (1er siècle)

icône contemporaine

Sainte Phoébé habitait à Corinthe et saint Paul la mentionne dans son épître aux Romains. Voulant faire de cette ville le centre de ses missions en Achaie, il habitait soit chez Aquila, soit chez Phébé. Elle devint diaconnesse à Cenchrées, l'un des deux ports de Corinthe.

 

 

  St Anthime de Nicomédie (+303)

icône contemporaine

Eusèbe de Césarée, l'historien de cette époque, nous apprend qu'un incendie avait ravagé le palais impérial de Nicomédie. La cause n'en était sans doute qu'une chandelle mal éteinte ou l'étincelle d'une cuisine. Mais ce fut l'occasion d'accuser les chrétiens et l'empereur décida une persécution violente. Ils furent très nombreux à être arrêtés dans un massacre épouvantable. Tous ceux qui n'avaient eu le temps de s'enfuir, furent brûlés vifs. Quelques-uns jetés à la mer. Saint Anthyme n'était pas connu des soldats qui poursuivaient les chrétiens. Comme ils arrivaient à la ferme où il se cachait, il les reçut, les invita en leur disant :"Vous ne connaissez pas l'évêque Anthime ? moi je le connais, je vous le livrerai tout à l'heure." Il leur offrit un repas comme pour fêter un heureux événement, puis il dévoila son identité. Il eût la tête tranchée.

  Ste Basilisse (+309)

icône contemporaine

Lors de la persécution de 303-304, elle n'avait que neuf ans, ce qui n'empêcha pas qu'on l'arrêta et fut soumise à la torture. On lui perça les chevilles, dans lesquelles on passa une chaîne pour la suspendre la tête en bas. Devant son courage et sa foi, le juge la fit relâcher. Quelques années plus tard, elle s'endormit en paix pour rejoindre le choeur des saints.

 


  St Mansuy de Toul (IVème siècle)

 

Originaire sans doute de l'Ecosse, il vint à Rome y faire ses études théologiques et fut envoyé par le pape saint Damase en Gaule. Il fut ainsi le premier évêque de Toul. Un homme apostolique qui par sa parole et sa vie fit baptiser son peuple dans la foi en Jésus-Christ.

 

  St Grégoire le Grand (540-604)

icône contemporaine

Grégoire était un haut fonctionnaire romain, préfet de la Ville de Rome. A 35 ans, il abandonne honneurs et richesses pour entrer dans un monastère qu'il a fondé quelques années auparavant. Il ne veut plus que prier et obéir. Un homme de sa valeur morale et intellectuelle est trop utile à l'Eglise, surtout en cette période troublée par les invasions, c'est pourquoi le pape l'ordonne diacre et, puisqu'il connaît le grec, il l'envoie à Constantinople comme apocrisiaire (ambassadeur permanent). A son retour, il reprend la vie monastique. Pas pour longtemps. En 590, le pape étant mort de la peste, on choisit Grégoire pour lui succéder; malgré ses protestations. Il se dévoue auprès des pestiférés et des misérables. En même temps, il réorganise l'Eglise romaine, défendant les prérogatives du siège de Pierre et de Paul. Il fixe la liturgie, réforme la discipline ecclésiastique, propage l'ordre bénédictin, envoie des missionnaires en Angleterre. Devant l'affaiblissement de l'empire d'Orient, il prend en main la défense de l'empire contre les Lombards, puis il décide de faire la paix avec eux, s'attirant l'hostilité de l'empereur. "J'attends plus de la miséricorde de Jésus de qui vient la justice que de votre piété." écrit-il à l'empereur Maurice. Le pape se tourne alors résolument vers les royaumes barbares de l'Occident, rompant le lien entre christianisme et romanité. Il se consacre simultanément à l'enseignement. On lui doit de nombreuses oeuvres spirituelles dont les "Dialogues", principale source sur la vie de saint Benoît. Il mena toujours une vie austère. Il finit ses jours dans la souffrance, avec de fréquents accès de mélancolie.

  St Remacle (VIIème siècle)

 

St Remacle est le fils d’Albutius et de Matrime, un riche couple de la noblesse du Berry. Ses parents le confient à l’abbaye de Solignac, près de Limoges, et il est éduqué par St Éloi qui, plus tard, lui confie la charge de son abbaye lorsque lui-même est appelé à la cour par ses obligations. Quelques années plus tard, le roi Sigebert invite Remacle à la cour et le prend pour confesseur et conseiller, avant de l’envoyer à Maestricht pour succéder à l’évêque St Amand qui vient de quitter son diocèse. À l’aide des subsides qui lui sont alloués par le roi, Remacle fonde plusieurs monastères, dont celui de Stavelot (en Belgique) et de Malmedy (dans les Ardennes françaises). Sa renommée attire de nombreux disciples, parmi lesquels St Tron, St Lambert et St Théodard. Vers la fin de sa vie, il se retire dans son abbaye de Stavelot, après avoir désigné St Théodard pour lui succéder à la tête du diocèse (+ vers 663)

  St Aigulphe (630-675)

St Aigulphe (ou Ayoul) Originaire de la ville de Blois, devient moine bénédictin à l’abbaye de Fleury, près d’Orléans. Ayant gagné la confiance de son abbé, St Mommol (ou Momble), ce dernier lui confie la mission d’aller chercher les reliques de St Benoît au Mont-Cassin. Aigulphe se rend donc sur les lieux, accompagné de plusieurs frères du Mans. Ils parviennent à ramener en France des ossements de St Benoît et de sa sœur Ste Scholastique. Les reliques de St Benoît sont conservées à Fleury (qui devient Saint-Benoît-sur-Loire) alors que celles de Ste Scholastique sont envoyées au Mans. Quelques années plus tard, il est choisi comme abbé pour le monastère Saint-Honorat de Lérins, mais il est victime d’un complot et meurt assassiné.


  St Godegrand (+775)

15e évêque de Séez en Normandie, frère de Sainte Opportune, il fut assassiné par un parent jaloux à qui il avait confié le diocèse en son absence sur la route d'Almenêches près de Nonant au retour d'un pèlerinage à Rome sur le tombeau des Apôtres.
Godegrand était le saint patron des charitons de la paroisse d'Echauffour.

Durand sa vie "il fut l'œil de l'aveugle, le pied des boiteux, le père des pauvres, le soutien des affamés". (Source: paroisse Saint Godegrand).


  St Polydore (+1794)

Originaire de Nicosie dans l'île de Chypre, il partit en Egypte pour y travailler chez des commerçants. C'est là, qu'un jour où il était en état d'ébriété, qu'il renia Jésus-Christ et adhéra à l'Islam. Pris de remords plus tard, il veut consommer son repentir par le martyre. Après des années passées dans un monastère, il se présenta devant un juge turc et se déclare chrétien, devenant ainsi coupable devant la loi islamique. Mais le juge ne veut pas être importuné et laisse Polydore décider de son sort. Il accepte la condamnation et est conduit à la potence au milieu d'une foule excitée.

jour précédent jour suivant