14 octobre

(5 références)

 

 

  St Callixte 1er (+222)

 

C'était un esclave chrétien. Son maître lui avait donné à gérer une banque. Il la mit en faillite et, pour cette raison, fut condamné aux mines de Sardaigne. La maîtresse de l'empereur Commode, chrétienne de coeur et non pas de conduite, le connaissait et elle obtint sa grâce. Il se retira loin de Rome et reçut des subsides du pape saint Victor, ce qui lui permet de s'adonner à l'étude des Saintes Ecritures. Affranchi, Calixte devint l'archidiacre du pape saint Zéphyrin et fonda le cimetière des catacombes qui porte son nom et où furent enterrés tous les papes du 3e siècle. Devenu pape à son tour, il autorisa, à l'encontre de la loi civile, les mariages entre esclaves et personnes libres. Il fit recevoir à la pénitence, malgré les tenants de la rigueur, tous les pécheurs, si grandes soient leurs fautes. Il résista au schisme d'Hippolyte et il assouplit les normes d'entrée au catéchuménat. Tertullien en deviendra enragé et son rigorisme le conduisit hors de l'Eglise. Saint Calixte mourut massacré sans qu'on sache pourquoi, lors d'une émeute.

  Ste Ménehould (+490)

Originaire de Saint-Dizier en Champagne. "Elle remplissait de l'huile de toutes les vertus la lampe de son âme afin d'être toujours prête à se présenter devant l'Epoux lorsqu'il lui plairait de l'appeler à lui." Son biographe lui-même est ainsi très discret. A peine ose-t-il d'ajouter : "Rien n'égalait sa profonde humilité, sa douceur, sa miséricorde envers les pauvres, son entier détachement envers les choses de ce monde." Elle et ses deux soeurs rivalisèrent d'une sainte ardeur sur les sentiers de la perfection.

 

  Ste Enora (VIIème siècle)

princesse galloise, elle se fiança à Saint Efflamm qui avait fait vœu de chasteté et lui proposa de vivre comme frère et sœur pour se consacrer à Dieu. Cependant, le soir de leurs noces, Efflamm ressentit un tel trouble devant la beauté d'Enora qu'il dut s'enfuir pour ne pas succomber et s'installa près de Plestin-les-Grèves (dans le Trégor). Peu après, Enora rejoignit Efflamm qui lui fit bâtir un oratoire de l'autre côté de la colline.

 

Ste Parascève (1022-1050)

icône contemporaine

Une des saintes les plus populaires de Roumanie et de Bulgarie. Elle s'était enfuie de la Thrace, son pays, en désaccord avec ses parents. Elle donnait aux pauvres les jolies robes que ses parents lui achetaient, les échangeant contre les haillons des mendiants. Son père courut après elle pendant dix ans. Il la retrouva enfin à Jérusalem, mais elle venait de partir la veille. Elle retourna à Constantinople et gagna enfin Caricatia en Turquie. Son père découvrit son refuge deux ans après. Elle venait de mourir et déjà les pèlerins accouraient sur son tombeau.

 

Julius Nyerere (1922-1999)

Il grandit dans une région rurale de la Tanzanie au sein de la plus petite tribu du pays, dirigée par son père, et demanda le baptême à 21 ans. Dans les années 1950, il quitta son métier d"enseignant et prit la tête de la lutte pour l'indépendance. Un combat pacifique et victorieux. Populaire, ce bon orateur remporta les élections présidentielles. Son projet socialiste s'enracinait dans sa foi chrétienne : il rêvait de fonder une société égalitaire, juste et solidaire et inscrivit dans la Constitution le droit à la liberté religieuse. S'il échoua en grande partie au niveau économique, il réussit à augmenter l'accès à l'éducation et à la santé. Fait assez rare dans l'histoire de son continent, il se retira volontairement de la vie politique après 4 mandats. C'est l'un des symboles de l'émancipation africaine, et fut reconnu pour son humilté et sa simplicité.

Il est en voie d'être béatifié.

jour précédent jour suivant