15 mars

(4 références)

 

St Aristobule (1er siècle)

icône contemporaine

La tradition veut qu'il ait été l'un des soixante-douze disciples du Seigneur, puis de saint Barnabé si l'on accepte de l'identifier avec celui dont parle saint Paul (Romains 16. 11). La même tradition en fait un des premiers évangélisateurs de la Grande Bretagne, où il serait mort en martyr.

 

 

St Zacharie, pape (+752)

 

Il est le dernier des papes grecs. Natif de Syrie, mais d’origine grecque, il est le fils de Polychrone (certaines sources fixent sa naissance à Byzance et d’autres en Calabre, en Italie). Il devient chanoine puis moine bénédictin. Émigré en Italie, il est admis comme prêtre dans le clergé romain. À la suite des troubles causés par les Lombards qui avaient assiégé Rome, le siège épiscopal est laissé vacant par la mort du dernier pape Grégoire III. On choisit donc Zacharie, qui est sacré en l’an 741. Confronté au problème des envahisseurs lombards, il règle cette question avec sagesse tant pour Rome, que le lombard Liutprand voulait gouverner, que pour Ravenne qui dépendait de l'empire de Byzance. Avec l'empereur de Constantinople, malgré la querelle iconoclaste où saint Zacharie rappelle la doctrine orthodoxe, il maintient des relations courtoises. Il encourage la réforme de l'Eglise franque et appuie Pépin le Bref. Il soutient le travail missionnaire de saint Boniface, archevêque de Mayence et lui demande de multiplier les conciles à cet effet. Il entreprit la reconstruction de l'abbaye du Mont-Cassin, détruite par les invasions lombardes.

Ste Louise de Marillac (1591-1660)

portrait

Fille naturelle d'un grand seigneur, elle est élevée par les religieuses dominicaines de Poissy. En 1613, mariée à un simple bourgeois, elle devient Mademoiselle Le Gras. A 34 ans, elle se retrouve veuve. C'est alors qu'elle rencontre saint Vincent de Paul. Subjuguée par la charité contagieuse du prêtre, elle devient rapidement sa collaboratrice dans toutes ses actions charitables. En 1633, ils fondent ensemble la "Compagnie des Filles de la Charité", appelée communément Soeurs de Saint Vincent de Paul. Louise, supérieure de la nouvelle communauté, oriente les soeurs vers tous les exclus de son temps : elle crée des petites écoles pour les fillettes pauvres ; elle organise l'accueil et l'éducation des enfants trouvés ; elle développe la visite à domicile pour les malades pauvres ; elle envoie des soeurs auprès des galériens... Une passion l'habite : l'amour de l'homme créé à l'image de Dieu et racheté par le sang de son Fils unique. Comme Monsieur Vincent, elle mourra à la tâche.

Bx Artemide Zatti (1880-1951)

portrait

Artémide Zatti naquit à Boretto (Reggio Emilia). Dès l`âge de neuf ans, il devait gagner sa journée en travaillant comme ouvrier agricole. Poussée par la pauvreté, sa famille émigra en Argentine au début de 1897. Là il rencontre des salésiens et entre à 20 ans dans leur ordre. On lui confia, entre autres tâches, celle d`assister un jeune prêtre tuberculeux, qui mourut en 1902. Artémide lui-même contracta la maladie, réputée à cette époque comme incurable. A l'hôpital, il fut suivi spécialement par le prêtre médecin, don Evasio Garrone. Avec lui, il demanda à Marie Auxiliatrice, et obtint d`elle, la grâce de la guérison en échange de la promesse de consacrer toute sa vie à soigner les malades. Il guérit et tint promesse. Il s`occupa d`abord de la pharmacie attenante à l`hôpital. Après la mort du P. Garrone, il assuma la responsabilité totale de l`hôpital. Il fut entièrement dévoué à ses malades.E 1950 il fit une chute dans un escalier et fut contraint au repos. Quelques mois plus tard apparurent les symptômes d`un cancer. Il s`éteignit le 15 mars 1951. Son corps repose aujourd`hui dans la chapelle des Salésiens, à Viedma. "Les seuls cinq jours de repos qu'il ait eu furent ceux passés en prison, parce qu'il fut soupçonné de complicité avec un évadé pour l'avoir accueilli dans son hôpital. Ce fut un homme humble, affable et infatigable. Un homme de Dieu."

jour précédent jour suivant