18 juillet

(6 références)

 

 St Emilien (+362)

icône contemporaine

Lors de la persécution de Julien l'Apostat qui voulait revenir au paganisme, les habitants chrétiens de Durostorum (Silistra actuellement en Bulgarie) se déclarèrent tous païens. Durant le banquet que leur offrait le gouverneur, Emilien ne put supporter cette apostasie générale et cette offense faite au Christ. Il alla briser les idoles du temple de la localité. Arrêté par le gouverneur furieux et bien qu'il soit le fils du préfet de la ville, il fut mis à nu, couché écartelé sur le sol, et fustigé jusqu'au sang d'abord sur le dos. Devant sa joie paisible, le gouverneur le fit se retourner et frapper sur la poitrine. Puis il fut conduit pour être brûlé vif, hors de la ville.

 St Pambo (+375)

icône contemporaine

Il se retira au désert de Nitrie, à l'ouest du delta du Nil, où il resta toute sa vie. Une femme riche, Mélanie l'ancienne, vint lui apporter un jour une fortune, trois cents livres d'argent, tandis que le vieillard continuait à tresser ses corbeilles. Va distribuer cet argent aux frères de Lybie", dit-il à l'un de ses disciples. Mélanie lui fit remarquer l'importance de la somme. Pambo lui répondit alors :" Dieu sait mieux que moi ce que vaut cet argent. Si c'est à moi que tu le donnais, tu ferais bien de me le dire, car si c'est à Dieu que tu le donnais, tais-toi. Il sait ce qu'il vaut, lui qui n'a pas dédaigné les deux piécettes de la veuve."

  St Arnoul de Metz (+641)

icône contemporaine

Il était de bonne noblesse au royaume d'Austrasie. Il fut d'abord conseiller des souverains mérovingiens Théodebert et Clotaire II. Il fit un beau mariage, épousant Doda qui lui donna deux fils Angésile et Cloud. L'ainé partageait l'idéal pieux et charitable de ses parents. Il accepta de renoncer à une part de son héritage en faveur des pauvres. Il reçut au centuple puisqu'un de ses descendants devint empereur sous le nom de Charlemagne. Lorsque Clotaire II nomma Arnoul évêque de Metz, Doda entra au couvent puisqu'un évêque ne peut être marié. L'évêque reçut comme charge complémentaire l'éducation du jeune prince Dagobert. A la mort de Clotaire, Arnoul se démet de ses fonctions épiscopales et réalise un rêve ancien, rejoindre son ami saint Romaric, fondateur du monastère de Remirement (Romarici Mons) selon la Règle de saint Colomban. Il finira ses jours en ermite, non loin du monastère, priant et servant les lépreux qu'il accueille dans son ermitage.
Arnoul évêque demeurait humble. Il jeta un jour son anneau épiscopal dans la Moselle : Je croirai que Dieu m’a pardonné mes péchés quand je recouvrerai cet anneau. – Il fallut peu de temps pour que l’anneau fut récupéréré dans l’estomac d’un poisson qui fut destiné à la table épiscopale.

  St Frédéric d'Utrecht (+838)

icône contemporaine

Il fut nommé évêque par le roi Louis le Débonnaire, fils et successeur de Charlemagne. Les uns le font naître en Frise, d'autres en Angleterre. Il souscrit au concile de Mayence. Il aurait été assassiné sur ordre de l'impératrice à laquelle il reprochait ses débauches. Frappé à mort, il eut le temps de pardonner à ses meurtriers.

 

 

  Ste Elisabeth, Grande Duchesse (1864-1918)

icône contemporaine

Luthérienne allemande, petite-fille de la reine Victoria, elle épouse, en même temps que son grand-duc Serge, la Russie puis l'Orthodoxie. Celui-ci assassiné, elle devient l'ange consolatrice de toutes les misères (une petite mère Teresa), fonde l'hôpital des pauvres aux technologies de pointe, et cette étonnante communauté de moniales infirmières (une révolution à l'époque) : le couvent Marthe-et-Marie. Quand Lénine s'apprête à l'arrêter, refusant d'être sauvée par le Kaiser, elle choisit librement de partager la Passion de son peuple tant aimé. Le 17 juillet 1917, jetée au fond d'un puits, on l'entend chanter les tropaires de la Résurrection et l'hymne des chérubins. Elle célèbre son propre martyre comme une procession d'offrandes de la divine liturgie. Ni les grenades ni la terre lancée ne peuvent étouffer sa voix chantante. Ainsi part-elle rejoindre le choeur des chérubins. Canonisée, elle est immensément populaire. Elisabeth a aussi bouleversé la vie de celui qui l'a assassinée. C'est par son témoignage qu'on connaît les derniers instants de sa vie terrestre. Il était horrifié d'entendre que ceux qu'il tuait chantaient les louanges de Dieu. Sainte Elisabeth est une des plus grandes saintes de la Russie moderne. (p. Daniel Ange)

  Paul Schneider (1897-1939)

"la prière fait des hommes des êtres humains qui ne se plient que devant Dieu, et qui confessent Dieu à la face du monde. La prière est la force de Dieu pour le combat de la vie et de la foi."

Une fois terminée ses études de théologie, ce fils de pasteur, lui succède dans la paroisse de Hochelheim après avoir passé un temps de service volontaire au milieu des ouvriers de la Ruhr. Marié à Margaret Dietrich, et père de six enfants, il se dépensa avec son épouse auprès des personnes en difficulté. Après la prise du pouvoir par Hitler, Paul Schneider se rendit très vite compte que l'église de Jésus entrerait inévitablement au conflit avec le régime nazi. Lui-même vivait sans crainte en obéissant exclusivement à Dieu. Dès 1933 il se heurte au nouveau régime, mais c'est en 1937, qu'il est définitivement arrêté, et après deux mois passés dans la prison de la Gestapo à Coblence, il est transféré au camp de concentration de Buchenwald. Là il aide, il console et il encourage les autres détenus. Comme il refuse d'ôter son calot pour saluer le drapeau à la croix gammée, pour l'anniversaire d'Hitler en 1938, il est envoyé au cachot. Il prêche par la fenêtre de sa cellule, encourage les autres détenus. Les tortures, la privation de nourriture et de sommeil, une cellule sans lumière, rien ne l'empêchera d'être un père spirituel et un messager de la parole de Dieu. Le 18 juillet 1939, il fut définitivement réduit au silence par une injection de strophantine.

jour précédent jour suivant