5 janvier

(5 références)

 

St Prophète Michée (VIIIème siècle av JC)

icône russe, XVe

 

Contemporain du prophète Isaïe, il prononce des oracles de malheurs, mais dans le même temps, il appelle le peuple à ne regarder que vers le Seigneur et à espérer en Dieu qui seul peut sauver sn peuple comme il le châtie. Cette ère nouvelle de paix en Dieu sera inaugurée à Bethléem "où aura enfanté celle qui doit enfanter pour donner naissance au Roi-Messie."

 

 Ste Synclétique (IVème siècle)

icône contemporaine

Née au sein d'une noble famille chrétienne de Macédoine qui était venue s'établir à Alexandrie, la bienheureuse Synclétique décida de n'avoir pour époux que le Christ. Son rayonnement spirituel lui fit jouer auprès de ses compagnes un rôle analogue à celui de saint Antoine d'Egypte auprès de ses disciples. On peut la considérer comme étant la fondatrice du monachisme féminin en Orient. Saint Athanase a écrit sa vie.

 

 

  St Edouard le Confesseur (1003-1066)

icône contemporaine

Il fut le dernier roi à régner sur l'Angleterre avant la conquête de ce pays par les Normands de Guillaume le Conquérant. Il avait horreur du sang versé. Son peuple le chérissait. Aussi éminent par sa piété que par sa générosité, il sut se faire l'ami des petites gens et fut vite l'objet d'un culte populaire, mais il n'était peut être pas fait pour être roi.

 

  St Gerlac (1100-1170)

Originaire de Walkenberg (Pays-Bas), il devient officier dans l’armée de l’empereur de Germanie. Bien qu’il soit marié, il se livre au brigandage et mène une vie plutôt dissolue. En 1164, alors qu’il s’apprête à participer à tournoi, il apprend que son épouse vient de décéder. Cet événement lui fait prendre conscience de ses égarements et il décide de tout quitter pour se rendre à Rome, où il rencontre le pape Eugène III. En guise de pénitence, ce dernier lui ordonne d’aller à Jérusalem, où il doit s’occuper des malades de l’hôpital. Sept ans plus tard, il revient à Rome où il rencontre le nouveau pape Adrien IV, qui l’autorise à vivre en ermite sans pour autant être rattaché à un ordre religieux. Gerlac retourne alors dans son pays et s’installe dans un chêne creux situé dans les environs de la campagne des environs de la ville de Maëstricht. Il effectue à pied le trajet qui le sépare de l’église où il assiste chaque jour à la messe en compagnie des moines. Avertie de la sainteté de l’ermite grâce à une révélation, l’abbesse Hildegarde de Bingen entre en contact avec lui afin d’échanger sur des questions spirituelles. Plusieurs années plus tard, un monastère double de prémontrés est établi sur les lieux de son ermitage (connu sous le nom de Houthem) et occupé par des moines et des moniales norbertins.

  Lanza del Vasto (1901-1981)

Lanza del Vasto est né dans les Pouilles, au Sud de l'Italie. Toute sa vie semble comme illuminée par une expérience d’enfance, une expérience de la Lumière, qu'il prolongea en une quête tout le long de sa vie. Il commença par étudier la philosophie, tout en s'adonnant à la poésie, au dessin et à la ciselure. Il revient au christianisme qu'il avait oublié, et va parcourir, à pied surtout, les chemins d'Italie et de France, visitant les hauts lieux en quête de vérités simples, d'évidences et de beauté. En 1937, Lanza rejoint Gandhi en qui il voit celui qui apporte une solution aux problèmes des hommes, ouvre les chemins de la Paix par la non-violence, propose une réponse aux excès et désordres, aux fureurs de la civilisation technicienne et mercantile. Il recevra du Mahatma le nom de Shantidas, "serviteur de paix". Il revient en Europe pour faire passer le message de non-violence. Après un essai infructueux, il fonde en 1954 la communauté de l'Arche. Lanza del Vasto parcourera alors le monde sur tous les continents pour parler de la non-violence, de la vie intérieure, de l'Arche, pour alerter les hommes du risque d'un déluge fait de main d'homme qui pourrait nous emporter tous.

jour précédent jour suivant