16 février

(2 références)

 

Ste Julienne de Nicomédie (+305)

icône contemporaine

Fille du païen Africanus, elle est promise en mariage à un noble nommé Évilase. Pour essayer de le décourager, elle exige qu’il devienne d’abord préfet de Nicomédie. Lorsqu’il y parvient, elle lui demande ensuite de devenir chrétien, sachant qu’il lui sera impossible de remplir cette condition. Son père, qui déteste les chrétiens, la force à changer d’avis, mais elle refuse toujours. Comme ces événements se passent durant la période de persécutions de Maximin, Évilase la fait arrêter, traduire devant le tribunal, et elle est martyrisée.

 

Jean Sulivan (1913-1980)

Joseph Lemarchand voit le jour dans une famille de métayers en Bretagne. Son père meurt au front en 1916, il sera durablement affecté par son absence. Il entre au petit séminaire dans le climat d'un pensionnat qui lui pèse, tout en lui permettant de se réfugier dans les livres. Il y sera condisciple, un moment, de Henri Le Saux qui deviendra, de moine à Kergonan, ermite dans les montagnes sacrées de l'Inde ; il le retrouvera plus tard, en Inde, et ce sera l'occasion d'une « naissance » intérieure. Appliqué et volontaire, Joseph poursuit une scolarité brillante et humaniste. Après quelque temps, il entre, en 1932, au grand Séminaire de Rennes où il se coule dans la formation proposée, tout en en percevant les limites « On peut exceller en théologie, en vie spirituelle, en piété même, avec un cœur parfaitement sec. » Ordonné prêtre en 1938, il est nommé professeur de français dans un collège de Rennes, puis aumônier fédéral des mouvements d'Action Catholique, tout en s'intéressant aussi au cinéma. Il commence discrètement à publier quelques romans et bientôt des essais. Sa préoccupation unique, semble-t-il, est de trouver un langage nouveau pour atteindre le contemporain, lui faire comprendre par un autre biais les mots de la foi. D'emblée, il provoque des réactions outrées de collègues ou de fidèles, désarçonnés par le ton parfois provocateur. Sulivan est un homme de fidélité et de coupures. Sa vie connait quelques-uns des changements radicaux qui sont autant d'occasions d'une nouvelle naissance. La familiarité des mystiques le conduit sur les chemins des renversements ; le thème de la mutation, de la sortie et plus encore de la naissance reviennent sous sa plume. Il naît sans doute en Bretagne mais aussi dans la lumière de l'Italie où il voyage sur les traces de Nietzsche ou encore en Inde sur les pas d'Henri Le Saux. En fait, les voyages entrepris sont des voyages intérieurs. Même si le travail d'écriture le fixe durablement à son bureau, Sulivan aime non seulement les marches solitaires en montagne mais aussi les voyages, les explorations. En 1967, à cinquante-quatre ans, il obtient de partir « en littérature » à Paris, et peut se lancer dans une carrière littéraire qui lui fera produire une trentaine d'ouvrages. Une correspondance s'installe avec de nombreux lecteurs, « mes lecteurs, ma paroisse » aimait-il à dire, et ses livres sont parfois un dialogue prolongé avec des lecteurs anonymes. Matinales en particulier est salué et apprécié. Il y fait un retour appuyé à l'Évangile, suite à la rencontre de Marcel Jousse, dont il publie Anthropologie du Geste. Alternent temps de rencontres et d'amitié, et temps de solitude à la table d'écrivain. Matinales, ample et serein sera suivi de La traversée des illusions ; c'est l'expression de son Itinéraire spirituel. C'est comme si son œuvre de romancier lui avait permis d'atteindre une vérité sur lui-même et un chemin pour l'Église de ce temps qu'il pouvait livrer largement. D'une certaine manière, sa prière d'homme y est entièrement contenue. Il meurt d'un accident de la circulation.

jour précédent jour suivant