13 février

(4 références)

 

St Martinien (IVe siècle)

icône contemporaine

Ermite en Césarée de Palestine dès l'âge de 18 ans. Tourmenté par les démons et les tentations, il part s'installer sur un rocher nu en mer, où un marin pêcheur vient l'approvisionner trois fois par an. Soumis à une nouvelle tentation sous les traits d'une jeune fille rescapée d'un naufrage, il préfère s'enfuir à la nage plutôt que de succomber. Épuisé, il est secouru par deux dauphins qui le portent sur leur dos jusqu'au rivage. Il passe le reste de sa vie (2 ans) comme pélerin et se rend jusqu'à Athènes où il décède après avoir été béni par l'évêque des lieux.

 

St Fulcran de lodève (+1006)

icône contemporaine

L'évêque de Lodève, tout autant que ses diocésains, avait remarqué cet ascète rigoureux. Il l'ordonna prêtre. A la mort de l'évêque, le clergé et les fidèles souhaitent que Fulcran lui succède. Il se cache mais il est découvert. Sacré évêque, il commence à parcourir aussitôt son diocèse, visitant les malades, soutenant les hôpitaux, aidant les pauvres, reprochant aux puissants et aux riches leurs scandales. Il enseigne, il catéchise, il fonde des monastères pour que la prière soit permanente. Il construit des églises. Ayant donné toute sa vie à l'Eglise, dans la plus grande disponibilité et la plus grande humilité, il meurt en paix.

St Syméon de Serbie (+1200)

fresque, Serbie

Originaire du Montenegro qui se trouvait alors sous la dépendance latine, Etienne Némanja rejoignit la Serbie avec ses parents qui le firent baptiser dans l'Eglise orthodoxe. Gouverneur d'une province, il devint par la suite grand-prince de toute la Serbie en 1165, qu'il réussit à unifier en un seul royaume devenant ainsi le fondateur de la dynastie des Némanides qui régna sur le peuple serbe pendant deux cents ans. Lorsqu'il eût affirmé son indépendance vis-à-vis de Constantinople, il se retira sur la sainte Montagne, sous le nom de Syméon, où il restaura les ruines du monastère de Chilandar. Il est le père de st Sava.

 

Bx Jourdain de Saxe (1185-1237)

portrait (Bx fra Angelico)

Les dominicains font mémoire aujourd’hui de Jourdain de Saxe, biographe de Dominique de Guzman et son successeur à la tête de l’Ordre des frères prêcheurs. Il était né à Burgberg, en pays saxon, vers 1185 et s’était rendu à Paris pour y étudier la théologie. À Paris, suite à une rencontre avec St Dominique, sa vie changea profondément. Un an plus tard, Jourdain entra dans l’Ordre des dominicains avec un de ses très chers amis, Henri de Cologne. À la mort de Dominique, Jourdain assuma la charge de Maître de l’Ordre, consolidant et diffusant en tout lieu l’activité des Frères prêcheurs. Au cours de son ministère, le nombre des couvents et des frères décupla, on parvint à se doter de Constitutions et à fournir une assise stable à la vie dominicaine, à une époque de grande fermentation et de grande instabilité spirituelle. Jourdain jouissait d’une profonde sérénité et se montrait grand propagateur des idéaux évangéliques qui avaient guidé la vie et l’action de Dominique ; il eut entre autres le mérite de nous fournir, dans son Livre sur les origines des frères prêcheurs, une des rares vies de fondateurs équilibrée et dépourvue des excès caractéristiques des hagiographes du Moyen Age. Il mourut au cours d’un naufrage, de retour de Terre Sainte, après l’une de ses fréquentes visites aux provinces de l’Ordre, le 13 février 1237.

jour précédent jour suivant