1er avril

(4 références)

 

 Ste Marie l'Egyptienne (343-421)

icône contemporaine

Marie était une courtisane d'Alexandrie. Un groupe de pèlerins venant de Lybie se rendait en Terre Sainte. Elle les accompagnait pour des motifs "professionnels". Arrivée devant le Saint Sépulcre du Christ, elle ne put y entrer. Bouleversée, elle va se prosterner devant une icône de la Mère de Dieu et la supplie de la faire admettre dans l'église pour y vénérer la croix. La Mère de Dieu obtient à la fois l'entrée de Marie au Saint Sépulcre et sa conversion. Marie gagne alors le désert où elle vivra, pénitente, pendant quarante sept ans. C'est le moine Zozime, qui la rencontra à la fin de sa vie, qui transmit son histoire.

 St Valéry (+619)

Fils d’un couple de modestes paysans auvergnats, il passe les années de son enfance à garder le troupeau de moutons de son père, tout en apprenant à lire et à mémoriser des psaumes. Attiré par la vie religieuse, il quitte les pâturages pour prendre l’habit au monastère Saint-Antoine à Autun. Désireux de trouver une maison plus stricte, il entre au monastère Saint-Germain de Luxeuil, où il est accueilli par l’évêque St Anschaire. Il passe de nombreuses années au sein de cette communauté, où il s’occupe particulièrement de la production des légumes et de l’entretien des arbres fruitiers. Lorsque St Colomban est chassé de Luxeuil par le roi Theodoric, Valéry est chargé de lui succéder, avant d’être envoyé en mission en Neustrie (avec un autre moine du nom de Waldon). Lorsqu’il arrive dans cette région, le roi Clotaire II lui fait don d’un territoire à Leucone, en Picardie, près de l’embouchure de la Somme, où il bâtit une petite chapelle et deux cellules, qui deviendront les bases d’un plus grand monastère.

 St Hugues de Grenoble (+1132)

Né à Châteauneuf sur Isère, dans le département de la Drôme, il était le fils d'un officier. St Hugues était chanoine de Valence quand le légat du Pape Grégoire VII le nomma au siège épiscopal de Grenoble dans le Dauphiné. A cette époque, une grande partie du clergé de ce diocèse était d'une moralité particulièrement déplorable. Au bout de deux ans, Hugues, découragé, se retira à l'abbaye de la Chaise-Dieu dans le Velay. Il y vécut quinze mois parfaitement heureux, jusqu'au jour où un ordre pontifical lui enjoignit d'aller réoccuper son siège épiscopal. Ce fut lui qui procura à saint Bruno la solitude inaccessible qu'il cherchait pour y fonder son Ordre. Il l'installa dans la vallée de la Grande-Chartreuse d'où il tire son nom. Hugues y séjournait le plus souvent possible. Saint Bruno, qu'il avait pris comme directeur spirituel, eut souvent fort à faire pour l'empêcher de ruiner sa santé à force d'austérités. Il lui interdit notamment de vendre le cheval qui lui servait pour visiter son diocèse, comme il avait vendu, pour aider les pauvres, l'anneau pastoral qu'on lui avait offert et son calice le plus précieux. St Hugues prit une part importante au concile de Vienne où fut condamné l'empereur Henri IV, l'habile simulateur de Canossa devant le pape Grégoire VII.

 St Abraham le Bulgare (+1229)

icône contemporaine

Il était commerçant et de religion musulmane. Sa bonté et sa charité furent si grandes que Dieu lui permit de se convertir à Jésus-Christ. Comme il confessait sans crainte sa foi auprès de ses compatriotes, il fut arrêté. Demeuré inflexible dans sa confession malgré les tortures, il fut sauvagement mis à mort.

jour précédent jour suivant